Ressources et Formations

Le E-commerce en France en 2020 et 2021 : quels sont les chiffres clés et prévisions ?

Le E-commerce en France en 2020 et 2021 : quels sont les chiffres clés et prévisions ?

Marquée par l’actualité, l’année 2020 a explosé les compteurs en termes de ventes en ligne.

Cette période touchée par la crise sanitaire a bouleversé les habitudes des consommateurs.

De nouvelles perspectives s’ajoutent au développement du commerce online en France. D’autres réflexes de consommation ont pris place en 2020 et sont la norme en 2021.

Entre les bouleversements ancrés dans les habitudes de millions de français et une crise qui n’est pas - encore - terminée : qu’attendre de l’année 2021 ? Focus sur le nouveau visage du e-commerce en France, analysé par les études de la FEVAD, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance dirigée par Marc Lolivier.

2020 : les chiffres du e-commerce français explosent

Un chiffre d’affaires 2020 historique

112 milliards d’euros, c’est le chiffre d’affaires du e-commerce en France en 2020, tous secteurs confondus.

Ce chiffre est en hausse de 8,5% par rapport à l’année 2019. Cette même année, le e-commerce ne représentait que 9,8% du commerce de détail. Aujourd’hui, son poids est de 13,4%. Des pourcentages, oui, mais concrètement ?

La vente en ligne se traduit en transactions, et pour 2020, ce nombre s’élève à 1,84 milliards uniquement en France, soit 5,8% de plus qu’en 2019.

evolution_ecommerce_produits_et_services_2020_fevad

SOURCE FEVAD

Ce que la FEVAD met en lumière dans son étude du 4 février 2021, c’est la croissance des ventes du dernier trimestre, plus précisément entre novembre et décembre. 25 milliards d’euros de ventes de produits et services ont été traités lors de cette dernière saison de fêtes, une croissance de 23% versus Noël 2019.

Cette période charnière pour les entreprises a révélé l’engouement des événements commerciaux pour les français. Les soldes comme le Black Friday et le Cyber Monday signent une poussée de l’activité du e-commerce plus vigoureuse en fin d’année avec +8,1%, après une hausse de 1,8% au 1er trimestre et de 5,3% au second.

Dans toute cette constellation de chiffres qui forment le marché de l’année 2020 du commerce en ligne, quels sont les secteurs qui ont tiré leur épingle du jeu ?

Les secteurs gagnants de l’année

Qui dit année particulière dit consommations particulières. En effet, l’impact de la crise a bousculé les habitudes d’achats des consommateurs. Les ventes de produits grand public du panel iCE 100 (mesure de la croissance sur un échantillon constant d’une centaine de sites parmi les sites leaders) ont représenté un boom de 29,4% en 2020.

Dans le top du classement des réseaux les plus performants, Beauté-Santé et Produits de Grande Consommation se placent sur la première marche du podium, enregistrant respectivement des croissances de +52% et +42% (source : Nielsen). Ensuite, ce sont les produits techniques puis le mobilier et la décoration qui se distinguent, avec des hausses de +34% et +24%.

evolution_des_ventes_selon_les_catégories_de_produits_fevad

Après avoir analysé ce que nous avons consommé, voyons désormais comment nous consommons sur Internet. L’étude de la FEVAD nous apprend que les réseaux privilégiés en 2020 sont les places de marché, ou marketplaces.

Si vous êtes client e-commerce, vous connaissez forcément cette activité : c’est le nom des plateformes de commerce proposant des produits vendus par des acteurs tiers, comme Amazon.

Les ventes sur les marketplaces ont progressé de +27% en moyenne sur cette année par le confinement, deux fois plus rapidement qu’en 2019.

Si les transactions ont explosé, c’est aussi grâce aux acteurs du monde du commerce en ligne, les boutiques et les acheteurs, de plus en plus nombreux.

Acheteurs et boutiques se multiplient

L’accélération des ventes de e-commerce en France s’explique en partie par l’essor du nombre de vendeurs et de clients.

D’après l’Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie, 42 millions de cyberacheteurs se sont retrouvés en ligne au quatrième trimestre 2020, après le deuxième confinement, 1,5 million de clients de plus en 1 an.

Pour aller encore plus loin, l’étude marketing nous informe que près de 4 cyberacheteurs sur 10 ont augmenté leur nombre d’achats en ligne sur l’année.

L’acte d’achat se multiplie pour plus de clients sur des boutiques comptabilisant de plus en plus de visites.

42-millions-clients-ecommerce

Pour cette année de Covid-19, la distanciation sociale et les fermetures des commerces considérés “non-essentiels”, Internet s’est progressivement imposé comme une solution salutaire et primordiale.

D’ailleurs, chez Wizishop, nous avons lancé notre opération “Ecommerce Solidaire”, avec une boutique en ligne offerte pendant 3 mois pour les entrepreneurs souhaitant créer leur e-commerce facilement et rapidement. Plus de 2000 marchands ont, ainsi, pu compenser la perte de chiffre d’affaires en boutique, avec les ventes en ligne.

Sur le secteur français, 17 400 sites marchands actifs supplémentaires sont nés par rapport à l’année précédente. Une tendance qui, comme les chiffres clés de 2020, doit se lire sous le prisme d’une crise sans précédent.

Covid et confinements : des résultats e-commerce à nuancer

L’acte d’achat influencé par les restrictions

L’impact du virus sur la vie quotidienne des français a transformé l’expérience d’achats en ligne. Plus de sorties, de tourisme, de rendez-vous culturels physiques : pour un temps, impossible de profiter de ces loisirs.

Ainsi, même si les chiffres du commerce online sont en expansion, ils incluent deux notions clés : une hausse de +32% de la vente des produits, mais aussi une baisse de -10% du secteur des services, comme le tourisme.

Le fait d’acheter en ligne a été le seul moyen de se procurer de très nombreux articles durant la crise, entraînant avec cela l’explosion des leaders comme Amazon. Dans la masse de produits proposés en ligne, un classement a émergé, dû aux différents confinements.

Outre les produits de première nécessité directement commandés en ligne, les français se sont équipés pour s’adapter à leur nouvelles pratiques. Après le premier confinement, la FEVAD a analysé un changement pour la place de l’achat culturel et technologique lié au télétravail ou encore à l’école à la maison pour 50% des cyberacheteurs.

La commande sur ordinateur : une tendance temporaire

Qui dit télétravail, dit un travail à distance, à domicile, via un écran d’ordinateur pour la majorité des professionnels et des entreprises. Le télétravailleur a davantage profité de ses temps de pause pour effectuer ses achats en ligne, surtout l’achat de produits.

Avant la crise, les prédictions apportaient un éclairage significatif sur l’importance du m-commerce, la vente en ligne via smartphone. En 2018, RetailMeNot prévoyait une augmentation des ventes sur mobile de +95% entre 2018 et 2020. Cela était sans compter sur l’arrivée du coronavirus.


Pour en savoir plus sur le m-commerce, suivez ce lien.


Même si cette pratique est largement répandue et installée dans les réflexes d’achats, le m-commerce a subi un fort ralentissement en 2020, replaçant l’ordinateur en tête du classement des outils privilégiés pour effectuer ses achats avec plus de 84% d’adeptes.

Mais à la fin de l’année dernière, le mobile est revenu sur le devant de la scène, à un niveau observé en 2019, en séduisant 4 cyberacheteurs sur 10. L’ordinateur, une tendance temporaire mais une solution de secours centrale dans les foyers.

Des modes de livraison adaptés

Le commerce digital s’est mis à jour à cause - ou grâce à - la crise sanitaire. Au-delà de la technologie pure et l’expérience utilisateur, de nouvelles options de livraison ont émergé.

Pour remplacer la visite dans une boutique physique, pour profiter de ses commerces de proximité favoris ou encore pour pouvoir récupérer des articles rapidement, trois possibilités : la livraison à domicile, le drive ou le click & collect, grand favori de la période.

Avec ces nouvelles initiatives, les ventes en ligne des enseignes magasins ont performé. Les boutiques physiques développées sur le web ont connu un bond de +53% de leurs ventes, avec des envolées à +100% sur les deux confinements.

Un bilan marketing très positif malgré les circonstances car en 2020, ces boutiques ont vu leur chiffre d’affaires progresser en moyenne de +50% par rapport à 2019 avec l’aide de ces nouvelles dynamiques de livraisons. Des options en passe de devenir la norme dans une ère - bientôt - post-Covid.

2021 : quels chiffres à prévoir ?

Le panier moyen augmente

Non, vous ne rêvez pas. Oui, vous avez bien lu : le panier moyen augmente, fait rare pour être souligné. Ce qui est rare, c’est la corrélation entre le nombre de transactions croissant et l’augmentation du panier moyen.

Car durant les dix années avant la crise, le panier moyen était en chute libre, expliqué par la banalisation de l’achat en ligne et la décroissance de la valeur du panier moyen.

Pour exemple, le panier moyen entre 2017 et 2018 était passé de 65,5 € à 61,6 €, avant de descendre sous la barre des 60 € en 2019.

En 2020, il rejoint les 61 €, soit +2,6%. Les raisons sont diverses et résonnent également en 2021, pandémie et restrictions étant toujours d’actualité. La période Covid a aussi vu ses petits paniers désactivés pour un temps, comme les services de taxis, VTC, ou les locations de transports partagés.

Plus durablement, les foyers constituent des paniers plus généreux, qu’ils soient alimentaires ou plus techniques, pour le travail à la maison, entre autres. Également, l’inflation a amplifié le phénomène, les prix ayant augmenté pour la plupart des produits, ce qui n’a pas ralenti le nombre de transactions pour autant. Le e-commerce a été une nécessité, mais il est aujourd’hui une évidence dans les réflexes des français.

E-commerce et Covid : les nouvelles exigences

Au début de la crise, les services d’envois postaux étaient largement ralentis. Malgré tout, les acheteurs en ligne ont été très satisfaits, pour 95% d’entre eux, des conditions de retrait de leurs produits, aussi bien sur le plan logistique que sanitaire.

Cet attachement au e-commerce ne date pas d’hier, mais la période a permis d'asseoir la présence du commerce en ligne dans le quotidien des français, peut-être pour toujours.

Il est à prévoir que le recours au e-commerce va s’intensifier cette année et à l’avenir. Au-delà des achats online, pour plus de 7 internautes sur 10, une nouvelle exigence a vu le jour : celle pour les commerces de proximité d’ouvrir leur eshop avec la possibilité de livrer à domicile. Une consommation du local réinventée, pour une tendance aussi responsable que connectée.

Un e-commerce plus local et responsable

Les commerçants ont dû baisser leur rideau. En parallèle, les français ont également entrepris une nouvelle philosophie de consommation. Par solidarité et pour contrer les effets de la crise aussi économique que sanitaire, les consommateurs se sont tournés vers leurs commerçants de proximité dès que possible. Le local est devenu central, et la transparence un impératif.

Ecoresponsabilité, respect de la Nature et de l’humain : l’engagement des consommateurs envers ces valeurs se fait norme. Un étude Ipsos révèle que 72% des Français attendent que les marques fassent preuve de transparence. Plus engagés, 89% des Français sont prêts à boycotter une marque s’ils estiment manquer d’informations ou s’ils se sentent dupés.

En 2021, il est à penser que la proximité entre le ecommerçant et le consommateur, le lien entre l’image et la réalité seront prioritaires, vers une nouvelle définition du commerce et du commerce en ligne. Des plus petites structures aux plus grandes entreprises, le message ne doit plus se penser “global” mais “plus proche” comme un retour à l’essentiel généralisé.

Merci de remplir tous les champs et de valider le captcha pour envoyer un commentaire.
Votre commentaire a été enregistré avec succés. Merci !
Chargement

Les articles populaires

Ressources et Formations

E-commerce : Les 20 avantages et inconvénients du commerce en ligne en 2021

Ressources et Formations

10 Objets faits main & DIY à fabriquer soi-même pour vendre en ligne : bois, verre...

Ressources et Formations

Formation e-commerce : Plus de 95 vidéos en ligne pour vous former gratuitement !

Ressources et Formations

Pourquoi les plateformes e-commerce Open Source ne sont pas faites pour vous ⛔️

Créons ensemble votre boutique en ligne WiziShop

Quel est votre prénom ?

Vous allez bénéficier de 15 jours de test gratuit

Enchanté ...

Quel est votre nom ?

Retour

Comment souhaitez-vous
nommer votre boutique ?

Retour

..., merci de définir
votre mot de passe

Le mot de passe doit contenir 6 caractères minimum.

Retour

..., dîtes-moi tout.
Quelle est votre couleur préférée ?

Retour

, quels types de produits allez-vous vendre ?

Retour