Le blog ecommerce

Créer sa boutique

11 règles pour vous aider à trouver, choisir et créer un bon nom de domaine

11 règles pour vous aider à trouver, choisir et créer un bon nom de domaine

Vous êtes en train de créer votre boutique en ligne. Petit à petit, vous suivez les étapes pour construire un site e-commerce et jusqu’à présent, tout se passe bien.

Tout à coup, on vous bassine avec un sujet complexe… Un sujet qui vous demande réflexion… Un sujet qui demande de sortir la carte bleue… Et surtout, un sujet déterminant pour la réussite de votre projet e-commerce…

Le choix de votre nom de domaine pour votre site marchand !

Oui, le choix de votre nom de domaine est une étape stratégique, qu’il ne faut surtout pas prendre à la légère.

Mais voilà… Comment choisir votre nom de domaine ? Comment être certain de faire le bon choix ? De ne pas faire une erreur ? Devez-vous opter pour un domaine gratuit ou payant ?

Voici un article qui recense TOUT ce que vous devez savoir sur le nom de domaine ainsi que les conseils pour débuter votre business en ligne sur de bonnes bases !

Quelques généralités sur les noms de domaine

Qu’est-ce qu’un nom de domaine ?

Avant de commencer, vous devez savoir qu’un nom de domaine définit l’adresse de votre site sur Internet. Il s’agit du lien sur lequel vous allez communiquer pour orienter vos prospects vers votre boutique en ligne.

Concrètement, par exemple, au lieu de dire “Rendez-vous à la boutique du 2 rue de France”, sur le Web, nous dirons “Rendez-vous sur www.mon-site.com”.

Ainsi, vous comprenez bien que l’achat du nom de domaine est une étape STRATÉGIQUE pour votre business web. Cette adresse web est le point d’entrée de votre site et l’élément qui sera diffusé et partagé au plus grand nombre pour améliorer votre notoriété, aussi bien par vous-même que par vos prospects, votre communauté, les journalistes, les influenceurs…

Les 3 éléments d’un nom de domaine

Techniquement, un nom de domaine est composé des 3 éléments énumérés ci-dessous :

  • Le sous-domaine

Il s’agit du traditionnel “www” que l’on retrouve au début de la plupart des noms de domaine. Toutefois, attention, celui-ci n’est pas obligatoire. Vous pouvez très bien ne rien mettre du tout et avoir une URL sous la forme suivante : mon-site.com.

Et cela se fait de plus en plus pour des questions de simplicité, lisibilité et modernité.

Autre option, vous pouvez, par exemple, opter pour un sous-domaine qui dirige, par exemple, vers votre blog d’entreprise. A ce moment-là, cela se présentera sous la forme suivante : blog.mon-site.com.

Notez toutefois qu’il n’est absolument pas obligatoire de mettre votre blog en sous-domaine. Vous pouvez choisir de mettre chaque rubrique (dont le blog) dans ce que l’on appelle, “un répertoire à la racine” : www.mon-site.com/blog/.

  • Le domaine

Tout simplement, dans notre exemple, il s’agit de “mon-site”. C’est la partie qui marque véritablement l’identité de votre site, que ce soit avec le nom de votre marque, de votre boutique ou de votre produit, de votre secteur…

Dans les conseils qui suivent, nous allons découvrir la meilleure option à exploiter pour votre domaine.

  • L’extension du nom de domaine

Dans la suite logique, il s’agit de la dernière partie du nom de domaine, à savoir le “.com” dans notre exemple.

Il est important de savoir qu’un nom de domaine se constitue obligatoirement du domaine et de son extension. Il existe plusieurs types d’extensions (.fr, .com, .shop…).

Lorsque vous achetez un nom de domaine, vous pouvez opter pour plusieurs extensions.

Et vous payez pour chaque extension que vous choisissez. Là encore, nous allons étudier la meilleure option pour votre activité.

En revanche, les sous-domaines évoqués précédemment sont gratuits, à condition que vous soyez propriétaire du nom de domaine concerné.

Quid du HTTP / HTTPS ?

Le HTTP est un protocole de communication client-serveur développé pour le Web.

Votre site peut être accessible via le HTTP ou le HTTPS selon si vous avez opté pour un certificat de sécurité, dit “certificat SSL”. Il s’agit d’un gros atout pour votre activité e-commerce puisque cela rassurera les internautes sur le fait que votre site soit sécurisé.

Ils savent qu’ils pourront ainsi transmettre leurs données personnelles sans aucune crainte.

Outre le “S” qui s’ajoute à la fin du HTTP, le certificat SSL est également représenté par un cadenas qui s’affiche dans la barre d’URL.

A contrario, si vous ne possédez pas de certificat, les navigateurs pourront afficher un message d’alerte qui aura pour effet de faire fuir vos clients potentiels.

En cas de création d’une nouvelle boutique, je vous conseille donc vivement d’opter pour le protocole HTTPS. Si ce n’est pas encore fait, vous pouvez l’obtenir à tout moment, soit manuellement soit, plus simple, via le bureau d’enregistrement de votre nom de domaine.

La propriété du nom de domaine

Il est impératif que vous soyez propriétaire de votre nom de domaine.

C’est sur lui que vous allez concentrer vos efforts. Tout votre travail sur du contenu de qualité et le référencement naturel va lui apporter de l’autorité auprès de Google.

Et votre nom de domaine sera ainsi l’élément déterminant dans le classement de votre site sur les moteurs de recherche.

Le nom de domaine est également un facteur important à prendre en compte pour estimer la valeur de votre site. En cas de vente de site web, l’autorité de votre nom de domaine sera un véritable atout pour maximiser son prix de vente.

J’en profite pour contredire un mauvais préjugé que subissent les solutions e-commerce en mode SaaS. En effet, je lis souvent que les solutions SaaS présentent un inconvénient : vous n’êtes pas propriétaire de votre site et cela n’a donc aucune valeur en cas de revente.

BALIVERNES !

Avec une plateforme e-commerce SaaS telle que WiziShop, vous restez 100% propriétaire de votre nom de domaine ainsi que de votre base de données clients et prospects. Et c’est cela qui a de la valeur à la revente. Vous n’avez, donc, aucun désavantage à créer votre site via une solution mutualisée.

En revanche, certaines plateformes proposent d’avoir un site avec un nom de domaine gratuit. C’est une très mauvaise idée. Les quelques euros que vous allez économiser par an, ne seront rien par rapport à l’inconvénient de ne pas investir dans un nom de domaine.

Chez WiziShop, nous proposons tout à fait l’option de bénéficier d’un nom de domaine gratuit du type : mon-site.mywizi.com. Toutefois, nous vous recommandons vivement d’acheter votre propre nom de domaine afin de profiter des atouts que je viens de vous évoquer.

Attention, l’enregistrement d’un nom de domaine est un achat réfléchi puisqu’il s’agit d’un engagement sur le long terme.

Le nom de domaine, c’est un peu comme votre logo ou le nom de votre entreprise e-commerce. Cela vous engage pour de longues années. Et avec le temps, celui-ci va gagner en notoriété et en autorité. Cela sera donc plus critique à changer que bon nombre d’autres aspects de communication.

Lors de votre recherche de nom de domaine, prenez donc bien le temps de la réflexion, d’autant qu’il existe des milliers de combinaisons et possibilités. Et comme vous l’avez compris, vous pouvez, très bien, acheter plusieurs noms de domaine.

Voici désormais nos 11 règles pour vous aider à faire le bon choix de nom de domaine.

11 Conseils pour choisir son nom de domaine

1. Où acheter votre nom de domaine ?

Commençons par la base… Un nom de domaine s’achète généralement chez un registrar de nom de domaine ou “registraire” en français (1&1, OVH…). Ces bureaux d’enregistrement proposent souvent des packs qui comprennent, également, l’hébergement de votre site.

Autrement dit, si vous connaissez déjà l’hébergeur que vous souhaitez prendre pour votre site, achetez le nom de domaine au même endroit. Même si celui-ci est moins cher chez un registrar concurrent, vous économiserez quelques euros mais ce ne sera rien comparé aux désavantages que vous allez en retirer.

Optez simplement pour un registrar sérieux et réputé.

Autre option, si vous exploitez une solution e-commerce en mode SaaS telle que WiziShop pour votre boutique en ligne, c’est très pratique puisque vous pouvez procéder à un enregistrement de noms de domaine, directement depuis votre espace d’administration.

Et puisque c’est WiziShop qui s’occupe d’héberger votre site, aucun problème à avoir !

Créez votre boutique en ligne

2. Utilisez le nom de votre société ou de votre marque.

Dans la mesure du possible, lorsque l'on choisit son nom de domaine, la base est d'opter pour son nom d'entreprise ou nom de marque.

Par “dans la mesure du possible”, j’entends que dans certains cas, selon le nom de votre société, vous allez préférer un terme plus court. En effet, le nom du site découlera de votre nom de domaine. Ainsi, en terme de communication, il est toujours bon de penser “message court” et donc un nom de domaine plus simple, plus facilement mémorisable et plus efficace. Nous reviendrons sur ce point, un peu plus tard dans l’article.

Si vous optez pour votre nom de société, assurez-vous que celui-ci soit facilement prononçable, audible et compréhensible.

Si vous avez déposé une marque, il est totalement logique de l’utiliser pour votre nom de domaine.

En effet, dans ce cas, c’est la marque que l’on va retenir plus facilement que le nom de domaine. Par exemple, on retient “WiziShop” et non pas “wizishop.fr”. Dans ce cas, lorsque l’on connaît le nom de la marque, on va retenir votre site par son nom.

Et c’est un réel avantage pour votre activité.

Vous limiterez votre dépendance aux différents leviers d’acquisition dont vous n’avez pas la maîtrise (moteurs de recherche, réseaux sociaux…). Les internautes taperont directement le nom de votre site dans la barre de leur navigateur et y arriveront sans intermédiaire.

Pour vous, c’est totalement bénéfique !

Vous capitalisez sur votre image de la marque et la notoriété de votre site. Et, tout naturellement, vos diminuez vos coûts d’acquisition pour acquérir des nouveaux clients.

2. Quid du tiret ?

Si votre nom de domaine comprend plusieurs mots, on dit qu’il est toujours mieux de les séparer avec des tirets, que ce soit d’un point de vue SEO, ou tout simplement, au niveau de la lisibilité.

En revanche, la tâche se complique lorsque vous devez épeler l’adresse de votre site.

Que faire alors ?

Pour exemple, je vais reprendre un cas d’école : les grandes banques françaises.

Voyons voir ce que nous pouvons en tirer (désolé pour le jeu de mot… ^^) :

  • Banque Populaire : banquepopulaire.fr
  • Crédit Agricole : credit-agricole.fr
  • Société Générale : societegenerale.fr
  • Crédit Coopératif : credit-cooperatif.coop

Que pouvons-nous en conclure ?

Pas grand chose… !

A une époque, on préférait séparer les mots avec des tirets. Aujourd’hui, la tendance s’inverse.

2 solutions s’offrent à vous :

  • Préférez des noms de domaine sans tiret. Et ce n’est franchement pas très dramatique; d’autant plus qu’ils sont souvent oubliés ou mal placés par les internautes.
  • Optez pour des tirets sur votre site et ailleurs, communiquez sans tiret. Vous redirigerez alors, en 301, le “sans tiret” vers le “avec tiret”. En d’autres termes, si les internautes cliquent sur monsite.com, ils seront automatiquement redirigés vers mon-site.com.

Quoi qu’il en soit, sachez que Google distingue bien les mots-clés, qu’ils soient attachés ou séparés par des traits d’union. Aucun problème de référencement donc !

3. Accents et caractères spéciaux

Les caractères spéciaux n’ont pas leur place au sein d’un nom de domaine. Tout simplement, ils ne fonctionnent pas.

Vous pouvez uniquement inclure des lettres, des chiffres et le tiret du milieu (plus communément appelé “tiret du 6”).

Toutefois, il est tout à fait possible d’insérer des accents mais nous vous le déconseillons FORTEMENT.

Au delà du fait que vous aurez des problèmes d’affichage dans la barre de recherche des navigateurs,

vous compliquez la tâche à l’internaute qui ne saura pas s’il faut mettre un accent ou non et qui est plutôt habitué à rédiger les noms de domaine sans accent, comme dans les adresses mail.

Quoi qu’il en soit, pour vous prémunir, si le nom que vous avez choisi pour votre site comprend des accents, l’idéal serait d’acheter également les variantes accentuées. Et vous les redirigez, en 301, vers le nom de domaine officiel.

A ce moment, l’internaute n’aura plus du tout de confusion et vous éviterez les risques de cybersquatting.

Par exemple, aujourd’hui, le nom de domaine ikéa.com appartient à un tiers qui n’a aucun rapport avec la société Ikéa. Cette dernière n’ayant pas acheté ce nom de domaine accentué, une tierce personne a sauté sur l’occasion dans l’unique but de nuire à la société.

Vous l’avez compris : PROTÉGEZ-VOUS !

4. Les Chiffres

Alors, si les chiffres sont autorisés dans un nom de domaine, comment les écrire ?

Si je vous dis “sept”, devez-vous l’écrire “sept” ou “7” ?

Encore une fois, vous pouvez acheter toutes les options mais à ce stade, je vous conseille plutôt d’éviter d’employer des chiffres.

4. La taille du nom de domaine

Ici, il n’y a qu’un adage à retenir : plus c’est court, mieux c’est !

Comme pour tout, plus le nom de domaine est court, plus il sera facilement mémorisable et efficace.

En choisissant un nom de domaine court, vous simplifiez l’exploitation et la communication de votre marque.

C’est à tel point que la légende dit même qu’il n’existe plus aucun nom de domaine disponible en dessous de 5 caractères sous l’extension .com !

Du coup, combien de caractères doit compter un nom de domaine ?

Même si techniquement, un nom de domaine peut aller jusqu’à 255 caractères (sous-domaine compris), il est très vivement conseillé de ne jamais dépasser 30 caractères.

Et si vous êtes sous la barre des 15 caractères, c’est largement préférable.

Forcément, cela vous poussera à vous montrer créatif car ce n’est pas une mince affaire !

5. La Prononciation

Pour être efficace, votre nom de domaine doit être facile à mémoriser et à retrouver à partir d’une recherche Google. Il doit donc être simple à prononcer et à épeler. Faites attention aux lettres muettes.

Les jeux de mots, c’est sympa mais évitez-les… Ils sont, souvent, plus difficiles à mémoriser.

6. Mettre un mot-clef dans son nom de domaine ?

Vous pouvez très bien le faire… Cependant, n’allez pas croire que ça vous permettra de travailler votre référencement naturel.

Bien au contraire !

Google a mis en place un filtre, appelé EMD, pour sanctionner les “Exact Match Domain”, à savoir les noms de domaine qui comprennent les mots-clés de votre activité. L’algorithme “Penguin” pénalise également ces sites.

Peut-être que certains d’entre vous ont l’intention d’inclure le mot-clé derrière votre marque, par exemple.

Mauvaise idée !

Au delà du fait que vous devez toujours penser court, c’est sans doute la dernière chose à faire sur le plan du référencement naturel. Également, dites-vous qu’il n’y a pas que le SEO. Il y a aussi les mails que vous allez sortir avec votre domaine (exemple : contact@monsite.com), votre communication sur les différents médias et supports…

Gardez vos mots-clés pour d’autres contenus, plus pertinents !

Par ailleurs, est-ce que le nom de domaine influence le référencement et la visibilité de votre site internet ?

La réponse est NON mais...

Ce fût le cas à une époque mais cette époque est désormais révolue. Matt Cutts, responsable de l’algorithme Google a clos le débat à ce sujet.

Toutefois, cette même personne explique que naturellement, la présence d’un mot-clé peut avoir un impact marketing sur l’internaute.

Je m’explique… Tout d’abord, lors d’une recherche Google, les mots-clés recherchés sont mis en évidence en caractères gras. Visuellement, il y a donc déjà un impact puisque le regard va être attiré…

Egalement, je reprends un exemple très explicite, déniché sur WebrankInfo. Un internaute recherche une “recette de tarte sucrée”. Google lui proposera les résultats suivants :

  • recettes.com
  • recettes-tartes.com
  • recettes-sucre.com
  • marmiton.org

A moins qu’il connaisse le site référence Marmiton qui bénéficie d’une grosse notoriété sur le secteur, l’internaute aura naturellement tendance à cliquer sur “recettes-tartes.com”. Vous êtes d’accord ?

7. Attention aux traductions !

Faites bien attention avant de vous engager sur un nom de domaine… Soyez ambitieux et pensez international !

Ce qui a du sens en français, n’en aura peut-être pas dans une langue étrangère… Pire encore, cela pourrait avoir une connotation négative selon le pays dans lequel vous vous trouvez.

Par exemple, en 2001, Honda a décidé de commercialiser la Honda “Fitta”, en Europe. Or, en Suède, en Norvège, au Danemark et en Finlande, “Fitta” est un mot argotique vulgaire.

La voiture a donc été rebaptisée Honda “Jazz”.

8. Comment faire si votre nom de domaine n’est pas disponible ?

Voici un véritable casse-tête lié à l’achat d’un nom de domaine !

Lorsque vous le renseignez sur un registrar pour l’acheter, ce dernier va consulter la base de données de l’AFNIC (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération, ce sont eux qui gèrent les noms de domaine de premier niveau), pour s’assurer qu’il soit bien disponible, avec l’extension souhaitée.

Si ce n’est pas le cas, vous pouvez toujours essayer avec des extensions alternatives comme le .net.

Il n’y aura aucun impact sur le référencement naturel, si ce n’est avec les extensions géographiques du type .fr, .paris…

Autre option, vous pouvez ajouter, indirectement, un mot-clé avec les nouvelles extensions telles que .boutique ou .shop, extension dont WiziShop était pionnier dans le monde, rien que ça !

A ce sujet, faites également attention au droit des marques.

Le fait qu’un nom de domaine soit disponible ne signifie pas forcément que ce dernier respecte le droit des marques et que vous pouvez l’acquérir. Par exemple, si vous êtes dans le secteur de l’habillement et que vous achetez “zara-fashion”, vous allez vite recevoir un courrier d’avocat vous demandant de restituer ce nom de domaine.

Assurez-vous donc de la disponibilité de la marque choisie dans votre secteur d’activité.

Pour la France, vous pouvez consulter la base de l’INPI. Il y a également l’EUIPO pour l’Europe ou l’OMPI (WIPO) au niveau mondial.

Dans notre exemple, la marque fictive “Zara Fashion” est certainement disponible. La base de données de l’INPI vous répondra par l’affirmative. Or, il s’agit d’une atteinte à la marque. C’est une question de bon sens.

9. Prêtez attention aux réseaux sociaux

De nos jours, les adresses se multiplient également sur les réseaux sociaux.

Avant de choisir votre nom de domaine, vérifiez donc que les noms d’utilisateur et pseudos soient bien disponibles sur les plateformes Facebook, Twitter, Instagram…

10. Quelle extension choisir ?

Le choix de l’extension ne doit pas se faire au hasard.

Ayez une véritable réflexion sur votre activité ainsi que votre marché.

Par exemple, si vous envisagez une version multilingue du site, c’est toujours intéressant d’utiliser les extensions nationales mais fondamentalement, un générique (.com, .net) conviendra parfaitement. Et cela n’aura aucun impact sur le SEO.

Vous vendez aussi en Belgique ? Pensez à exploiter le .be en plus du .fr. Cela facilitera la compréhension du marché, surtout qu’un internaute remarque bien ces choses. En tombant sur un site en .be, un belge saura qu’il est au bon endroit et que vous livrez bien dans son pays.

En somme, pour le choix de l'extension, en cas de boutique multilingue, 2 choix s’offrent à vous :

  • Tout mettre sur un seul nom de domaine. Dans ce cas, le .com est la meilleure option. Exemple : Apple
  • Utiliser un nom de domaine avec l’extension de chaque pays cible. Exemples : Amazon, Google, eBay...

Notez que l’aspect local a pris une place importante sur Internet. La majorité des internautes font des recherches locales, surtout lorsque celles-ci sont faites sur mobile, support qui a dépassé l’ordinateur en terme de recherche sur Internet. Vous pouvez donc choisir le .paris, .nice, .alsace… si votre activité est directement liés à une ville ou une région. Ces extensions spéciales coûtent souvent plus cher que les standards. Ne les utilisez donc que si cela présente un intérêt certain pour votre image, votre communication ou pour rassurer les internautes sur l’aspect “proximité” de votre société.

Pensez également à l’avenir ! Si vous comptez vendre dans d’autres pays dans un futur proche, pensez à réserver également le .be, .it (Italie), .es (Espagne), .pt (Portugal)... avant qu’on ne vous les pique !

En constatant la popularité de votre site, une personne mal intentionnée peut tenter de vous nuire et vous bloquer dans votre développement. Sans aucun doute, le prix de revente sera élevé.

Dans cette optique, protégez-vous un maximum. Même si vous n’en utilisez qu’un seul, achetez les noms avec et sans tiret ainsi qu’avec plusieurs extensions… Privilégiez les plus connues. Si vous achetez un nom de domaine en .fr, réservez le .com immédiatement. D’ailleurs, les registrars proposent souvent des packs.

10. Rachetez un domaine expiré

Il est tout à fait possible d’acheter un nom de domaine qui a déjà vécu.

Forcément, cela peut s’acheter, parfois, bien plus cher mais cette solution a ses avantages.

Dès le début de votre activité, vous profiterez d’un nom de domaine avec plus ou moins de popularité, un certain référencement, des liens qui pointent déjà vers lui, etc.

Attention, le rachat d’un nom de domaine expiré nécessite une étude approfondie de son passif :

  • Quelle était la thématique du site ? Il est préférable qu’elle corresponde à la vôtre.
  • Quels sont les backlinks ? Le profil des liens pointant vers le domaine est-il propre ?

Pour vous aider, vous pouvez utiliser l’outil Majestic SEO qui vous permet de constater la qualité du référencement par le biais de 2 indices :

  • Trust Flow : indice de confiance des sites qui présentent un lien vers le domaine
  • Topical Trust Flow : indice sur la thématique des sites qui font un lien vers le domaine (exemple : sport, food,...)

Attention également, si vous tombez sur une perle qui vous semble rare, posez-vous la question de savoir pourquoi vous la trouvez...

N’hésitez pas à demander l’avis d’un expert avant de faire une erreur et démarrer sur de mauvaises bases.

11. Durée d’enregistrement

Un nom de domaine n’est jamais enregistré à vie. On parle ainsi de “durée d’enregistrement”.

Vous louez votre nom de domaine pour une durée déterminée, de 1 an minimum à 10 ans maximum.

Généralement, quand vous créez une boutique en ligne, c’est un projet e-commerce sur le long terme. Je vous conseille donc d’opter pour une durée plus longue, selon ce que vous permet votre budget.

Si vous achetez un nom de domaine pour 1 an, pensez à vérifier que celui-ci se renouvelle bien automatiquement à la date anniversaire ou à le renouveler vous-même, s’il convient de le faire manuellement.

Faites bien attention car il m’est arrivé, de nombreuses fois, d’entendre qu’un nom de domaine est arrivé à expiration, que son propriétaire a oublié de le renouveler et l’a perdu puisque racheté par une autre personne !

Conclusion : le nom de domaine idéal !

La solution Buffer a sélectionné plusieurs études pour définir la longueur idéale des contenus web dans le but de maximiser leurs performances.

Ainsi, nous apprenons que la longueur idéale d’un nom de domaine est de 8 lettres et que l’extension la plus favorable reste le .com.

La justification est simple. Le nom de domaine idéal est :

  • court et facilement mémorisable
  • facile à épeler
  • pertinent : il décrit bien le concept de votre site
  • accrocheur
  • Il ne contient pas de trait d’union ni de chiffre

Rappelez-vous que l’achat de votre nom de domaine vous engage sur le long terme.

Bien entendu, il sera toujours possible de changer votre adresse internet mais souvenez-vous, cela peut représenter un gros chantier coûteux...

Prenez donc bien le temps de le choisir. Testez-le auprès d’un maximum de personnes. Soyez simple dans la mesure du possible. Et pensez à l’aspect “WOUAW” de la prononciation.

Laissez donc place à votre imagination… et votre esprit créatif !

Merci de remplir tous les champs et de valider le captcha pour envoyer un commentaire.
Votre commentaire a été enregistré avec succés. Merci !
Chargement

Les articles populaires

Créer sa boutique

Créez un site de vente en ligne plus performant que vos concurrents en seulement 90 minutes

Créer sa boutique

Faire du e-commerce : 11 choses à faire et à savoir avant de se lancer

Créer sa boutique

Comment créer une boutique en ligne qui réussit réellement ?

Créer sa boutique

Comment trouver des produits que les gens s’arrachent sur internet ?

Créons ensemble votre boutique en ligne WiziShop

Quel est votre prénom ?

Enchanté ...

Quel est votre nom ?

Retour

Comment souhaitez-vous
nommer votre boutique ?

Retour

..., merci de définir
votre mot de passe

Le mot de passe doit contenir 6 caractères minimum.

Retour

..., dîtes-moi tout.
Quelle est votre couleur préférée ?

Retour

, Quels types de produits allez-vous vendre ?

Retour

Dernière étape, quel look pour votre boutique ?