06 septembre 2013 • Témoignages

Témoignage de e-commerçant – Evolution de la boutique Bec&Ongles de Stéphen

Envie d’une french manucure ? Je vous invite à lire le témoignage de Stéphen qui nous parle du développement de sa boutique en ligne de vernis à ongles d’aujourd’hui à ses débuts.

becongles-700x538

Bonjour Stéphen, c’est la deuxième fois que nous vous interviewons sur ce blog, c’est plutôt bon signe, non ?

Oui bien sûr. On nous a tellement répété que le plus dur pour une nouvelle boite c’est les 2 premières années qu’on est bien content d’être encore là;-)

Avez-vous rencontré des difficultés depuis la mise en ligne de votre boutique, si oui, lesquelles ?

C’est évident. Je ne crois pas connaitre un e-commerçant (et même un entrepreneur en général) qui n’a pas connu de difficultés. Surtout dans les premières années. On a même coutume de dire que le vrai métier d’un chef d’entreprise c’est de résoudre des problèmes toute la journée. Au final c’est un peu vrai:-)
De notre coté nous avons eu 3 domaines qui nous on donné du fil à retordre.

En premier lieu, nous avons changé de structure. Nous avons quitté le régime d’auto-entreprise pour basculer vers une SAS avec tout ce que cela comporte. J’y reviendrais plus tard.

L’autre gros chantier aura été le transport. Lors de notre premier entretien, nous avions 2 transporteurs sur notre boutique : La Poste (via Colissimo et Chronopost) et Mondial Relay. Mondial Relay était une source de problèmes quotidiens. Tous les jours, nous avions une quantité hallucinante de colis perdus, en retard etc… Au bout d’un moment, nous en avons eu marre. Et c’est pile à ce moment là que La Poste nous a approché avec une nouvelle offre « So Colissimo Commerçant » qui nous a permis d’avoir un service bien mieux que Mondial Relay pour un prix un poil plus bas ! Nous n’avons donc pas hésité. Du coup, tous nos colis transitent par La Poste. Et pour l’instant ça se passe sans trop d’accroc.

Enfin, et c’est un chantier que nous n’avons pas encore fini, nous avons beaucoup travaillé sur la gestion de nos stocks. Avec le temps, nous nous sommes aperçus que c’était le point le plus crucial d’un commerçant (en ligne ou non). Au début on faisait nos commandes fournisseur au « feeling » et on s’est vite aperçu que c’était une grave erreur. Nous avons donc mis en place un certain nombre de choses qui nous permettent aujourd’hui d’avoir une gestion beaucoup plus rigoureuse de nos achats. Il faut dire aussi que le fait que nous ayons plus de recul sur notre activité nous y aide beaucoup.

Votre boutique a t’elle subi un lifting depuis ses débuts ou est-ce quelque chose que vous avez planifié ?

Non pas de gros lifting sur la boutique. Juste quelques ajustements comme un Cross Selling renforcé. Pour l’instant rien n’est planifié même si un jour nous devrons nous décider à passer à la version 1.5 de Prestashop… Malheureusement on sait par expérience que cela ne se fait jamais sans heurt…

Avez-vous modifié votre stratégie et vos plans de communication ?

En terme de communication nous n’avons pas changé grand chose. On passe toujours pas les mêmes canaux principaux (Adwords, partenariats blog).
Par contre en terme de marketing nous avons sensiblement changé notre positionnement.

Ce qu’il s’est passé c’est que quelques mois après notre 1ère interview nous avons eu quelques grosses marques qui nous ont lâché sans raison. Enfin si, la raison c’est qu’ils ont signé des contrats d’exclusivité avec de grosses chaines de grande distribution, mais pour nous ce n’était pas une raison puisque nous avons toujours bien travaillé avec eux. Mais bon c’est comme ça.

Du coup cela nous a obligé à changer un peu notre fusil d’épaule. Nous sommes maintenant beaucoup moins sur les marques très grand public. On travaille désormais en priorité avec des marques indépendantes, nouvelles et innovantes qu’on ne trouve pas en France (on trouve ces marques surtout aux USA et en Grande Bretagne). Finalement c’était un mal pour un bien car nous avons maintenant des marques que nous sommes seuls à distribuer en France et je pense que nous avons trouvé notre clientèle.

Disons que maintenant on travaille encore plus notre secteur sous l’angle des « marques de niche ». Comme quoi quand tout le monde répète que pour se lancer dans le e-commerce il faut trouver un produit de niche ce n’est pas pour rien…

Votre structure a t’elle évolué, avez-vous fait appel à des partenaires extérieurs ?

Oui. Comme je disais plus haut, nous sommes passés du régime d’auto-entrepreneur à une SAS. Evidemment nous savions bien que l’auto-entreprise c’était provisoire afin de tester le marché. Et puis quand on voit les récentes mesures du gouvernement à l’encontre des auto-entrepreneurs, on voit bien que c’est un statut qui est voué à mourir, malheureusement.

D’ailleurs pour avoir testé ce régime je peux vous dire que c’est vraiment dommage de s’y attaquer. S’il n’y avait pas eu l’auto-entreprise, nous n’aurions jamais monté Bec & Ongles. Je peux même aller plus loin en vous disant qu’il est possible (difficile mais possible) de vivre d’un e-commerce en auto-entreprise. Après c’est un choix. Maintenant avec les nouvelles mesures cela rend ce choix impossible (limitation dans le temps). Mais bon c’est un autre débat…

Sinon pour revenir sur notre changement de structure, nous sommes passés par un cabinet comptable afin d’être tranquille et d’avoir des statuts en béton. Malheureusement, on s’est aperçu que nous devrons bientôt changer nos statuts à cause d’une incompréhension sur nos attentes avec le cabinet. Comme quoi même si on passe par un tiers pour rédiger ses statuts il faut toujours être pro-actif. Je pense que notre erreur est que nous nous sommes trop reposés sur le cabinet.

Avez-vous constaté une progression au niveau de vos ventes, de vos visites et de votre taux de conversion (pouvez-vous nous donner des chiffres si ce n’est pas trop indiscret) ?

Oui et heureusement:-)Le chiffres d’affaire a augmenté de manière régulière même si nous nous sommes aperçus que, contrairement à ce que nous pensions, notre secteur (vernis à ongles, nail art) a une certaine saisonnalité. L’été est une bonne période pour nous. Nous avons aussi subi de plein fouet les fameux mois creux dont nous avaient parlé d’autres e-commerçants (Octobre – Novembre et Janvier – Février).

Disons que la première fois ça fait bizarre:-)On en est même arrivé à vérifier plusieurs fois par jour s’il n’y avait pas un gros bug sur notre boutique.
Niveau taux de conversion il a beaucoup augmenté. Quand nous avons démarré (les touts premiers mois) nous avions un taux de transformation qui était de 0,6% ce qui est catastrophique.

Pourtant la boutique était la même. Mais bon il faut le temps de se faire connaitre, d’avoir assez de notoriété pour rassurer les clients et surtout augmenter son catalogue. Aujourd’hui notre taux de transformation est dans la moyenne des chiffres qu’on trouve partout sur les blogs de e-commerce.

Par contre on a beaucoup essayé les test A/B et nous n’avons jamais réussi à vraiment augmenter notre taux de transformation grâce à ça. Mais bon nous n’avons pas laissé tombé et nous en faisons encore de temps en temps.

Quel est, selon vous, le secret pour « perdurer » dans le monde du e-commerce ?

Ah si je le connaissais ! Malheureusement je crois que tout se joue avant même d’avoir commencé. Comme souvent c’est globalement l’idée qui vous mettra sur de bons rails. Si vous avez un bon concept et de bons produits (avec une vraie demande et une offre concurrente limitée) vous avez de beaux jours devant vous. Par contre, si ce n’est pas le cas cela peut vite devenir le radeau de la méduse.

Il y a beaucoup de gens qui disent qu’on peut tout vendre sur Internet si on le fait bien. Je ne suis pas trop d’accord avec cette théorie. Est-il intelligent aujourd’hui de se lancer dans les voyages sur Internet ou la vente d’electoménager ? Ces deux secteurs sont déjà ultra saturés. Quel est l’intérêt ? Ou alors il faut inventer un nouveau moyen de distribution et on en revient au propos du début : l’idée. L’idée toujours l’idée…

Merci à Stéphen pour ce beau témoignage. Nous lui souhaitons d’aller encore plus haut et que son aventure dans le e-commerce perdure le plus longtemps possible !

Samuel le 6 septembre 2013 à 19:15

Bonjour Stéphen,



Bien heureux de lire cela, énoncé de manière aussi limpide… Il y a tant à dire sur ce sujet, c’est un levier si grand, le plus prometteur, le socle, les fondations sont là … De part mon expérience, je le vérifie quasiment au quotidien …Les fondamentaux restent les mêmes, un projet, mettre les bons moyens en face des objectifs pertinents et penser ROI. Travailler, travailler et savoir s’entourer …L’essentiel et la base se passe en amont loin des lignes de codes, du taux de transfo …. sur le travail du projet. La boutique est un outil.

Bravo pour tout le boulot accompli.


Pierre le 10 septembre 2013 à 11:18

très intéressant ce témoignage, on devine à travers les mots, l’énergie et l’endurance nécessaires à cette aventure. Bonne continuation en tout cas !


Florence Alsace le 11 septembre 2013 à 03:24

Quel beau retour d’expérience ! C’est beau de voir cette progression surtout que dans cette niche la concurrence est rude et que le prix d’un panier moyen ne doit pas non plus être très élevé, ce qui exige un volume de vente assez important !


Stéphen le 13 septembre 2013 à 16:33

@Samuel : Merci ! Je vois que nous avons les mêmes problématiques


@Pierre : Merci ! Effectivement il faut être endurant dans le e-commerce !


@Florence : Merci ! Dans notre secteur la concurrence est encore limitée par rapport à d’autres (mais elle existe je peux te le certifier ). Après au niveau du panier moyen il est effectivement un peu en dessous de ce qui est la moyenne en e-commerce mais il est respectable. En fait, contrairement à beaucoup d’autres secteurs 90% de nos commandes contiennent plusieurs produits (entre 3 et 5). Donc plus que volume de commandes à traiter, le problème porte plus sur le nombre de pièce à stocker Mais bon ça reste raisonnable.


piles44.com le 9 septembre 2014 à 15:56

Bonne continuation pour la suite, il est vrai qu’il est difficile de rester sur un marché très compétitif comme le votre!!! Mais vous avez fais preuve de réactivité et avez pris de bonne décisions pour continuer votre activité!!


Merci de remplir tous les champs et de valider le captcha pour envoyer un commentaire.
Votre commentaire a été enregistré avec succés. Merci !
Chargement

Les articles populaires

Témoignages

Multiboutique : Témoignage d’un e-commerçant qui gère plusieurs sites e-commerce

Témoignages

Hoanui : Ines Duhard revient sur la création de sa marque de vêtements

Témoignages

Témoignage vidéo : L’OGC Nice choisit WiziShop pour son nouveau site e-commerce

Témoignages

Témoignage de la boutique MonPetitBikini : Success Story du E-commerce

Créons ensemble votre boutique en ligne WiziShop

Quel est votre prénom ?

Vous allez bénéficier de 15 jours de test gratuit

Enchanté ...

Quel est votre nom ?

Retour

Comment souhaitez-vous
nommer votre boutique ?

Retour

..., merci de définir
votre mot de passe

Le mot de passe doit contenir 6 caractères minimum.

Retour

..., dîtes-moi tout.
Quelle est votre couleur préférée ?

Retour

, quels types de produits allez-vous vendre ?

Retour