Le Blog ecommerce de WiziShop

Agences web : Découvrez le programme partenaires de WiziShop et libérez-vous de l’Open Source !

Publié dans Wizishop le mardi 10 septembre 2013 | Par Vanessa

Depuis quelques semaines, j’ai pris la parole sur ce blog pour vous donner mon ressenti sur le marché actuel des solutions ecommerce pour les professionnels du web. Ainsi, j’ai fait un tour d’horizon des différentes solutions ecommerce open source utilisées par les agences, je vous ai interrogé sur la notion de liberté que l’on associe souvent à l’open-source et nous avons réfléchi, ensemble, à ce que pourrait être la solution ecommerce idéale pour une agence web

Ces réflexions sont notre quotidien chez WiziShop. En effet, depuis près de deux ans, nous travaillons sur la mise en place d’outils destinés aux professionnels. Et aujourd’hui est un grand jour, puisque nous levons enfin le voile sur notre programme de partenariat et notre programme d’affiliation !

Pourquoi avoir créé une plateforme partenaire ?

Depuis Octobre 2008 et la sortie de notre solution ecommerce WiziShop, nous avons constaté qu’un certain nombre d’agences et freelances avaient l’habitude d’utiliser nos outils pour créer les sites de leurs clients.
Nous avons donc réfléchi à comment les aider. Mais en creusant un peu plus et en interrogeant un grand nombre d’agences habituées à travailler avec de l’Open Source, nous nous sommes vite rendu compte qu’elles étaient en attente d’une alternative. Qu’elles n’avaient pas trouvé d’outils adaptés pour certains de leurs projets ou qu’elles étaient déçues des solutions actuelles.
Bref, nous avons perçu un réel besoin « d’autre chose » sur le marché !

Depuis deux ans, nous travaillons donc sur deux offres spécifiques pour les professionnels du web.

D’un coté les agences web, freelances, webdesigners… Bref, les professionnels qui vont créer des boutiques.
De l’autre les blogueurs, revendeurs informatiques, prestataires qui gravitent autour du ecommerce et qui sont susceptibles de proposer du WiziShop à leurs contacts.

Devenez Business Partner et libérez-vous de l’Open Source !

Le programme WiziShop Business Partner vous permet de gérer facilement plusieurs projets sur WiziShop, de suivre des statistiques, de trouver de nombreuses ressources mais aussi d’être rémunéré en tant qu’apporteur d’affaires !

Les avantages pour vos projets

Utiliser WiziShop pour créer les sites ecommerce de vos clients présente de nombreux avantages :

  • Pas d’installation ! WiziShop étant une solution SaaS, vous n’avez pas d’installation à réaliser. En 1 clic, une nouvelle boutique est créée.
  • Pas d’hébergement à prévoir ! Là encore, nous nous occupons de tout… Notre hébergement Cloud vous permet de garantir une excellente qualité de service à vos clients et un hébergement toujours proportionnel à leurs besoins.
  • Pas de modules à installer ! Nous proposons directement plus de 300 fonctionnalités… De quoi satisfaire les exigences de la très grande majorité de vos clients. De votre coté, vous n’avez pas à gérer la compatibilité entre différents modules ou plugins, leurs mises à jour ou leur stabilité ! Et pour ceux qui souhaitent aller encore plus loin, de nombreuses API sont en préparation ;)
  • Pas de mises à jour à effectuer ! Si vous avez l’habitude d’utiliser des solutions ecommerce Open Source, je pense que vous voyez de quoi je parle… Repasser sur des dizaines de projets pour mettre à jour la solution et vérifier si tous les modules et modifications effectuées sur le site marchent encore… Avec WiziShop, toutes les mises à jour se font directement ! De nouvelles fonctionnalités apparaissent chaque mois sans avoir besoin de votre intervention et sans interruption de services !
  • Pas de limites graphiques ! WiziShop utilise le système de template Smarty, il est possible d’imaginer n’importe quel design pour vos sites, seul votre imagination pourra vous limiter ! Mieux encore, pour vous faciliter la tâche, nous vous offrons des kits PSD/HTML/CSS pour que vous puissiez gagner du temps !
  • Pas de support technique à effectuer ! Les équipes de WiziShop sont là pour ça. Vos clients seront entre de bonnes mains…
  • Pas besoin de passer de longues semaines à développer ! WiziShop vous facilite un maximum tout le côté technique. Quelques réglages pour adapter le site au besoin du client, un peu de graphisme sur mesure et votre projet peut être livré ! De votre côté vous vous concentrez sur votre coeur de métier et des prestations plus utiles pour le client : référencement, accompagnement marketing, conseil, etc.
  • Pas de limite de temps ! Pour les Business Partner, nous ne limitons pas la période d’essai d’une nouvelle boutique à 30 jours. Vous avez tout le temps pour créer les sites de vos clients…

Un outil complet pour tout gérer

En devenant WiziShop Business Partner, vous bénéficiez d’outils et services uniques :

  • Des statistiques détaillées sur vos différents projets
  • La possibilité de vous connecter facilement à l’une de vos boutiques
  • Le suivi de votre commissionnement
  • La possibilité de mettre votre logo sur l’espace d’administration de vos clients
  • La possibilité de désactiver nos offres de prestations et les Business Coach selon vos besoins
  • Des argumentaires commerciaux, des kits emailing, des bannières ou des widgets à ajouter sur votre site
  • L’accès à différentes aides : support technique, centre de documentation et guides d’intégration
  • Un accompagnement avec un Business Manager dédié qui vous sera attribué lors de votre inscription

Soyez rémunéré pour vos projets WiziShop

En plus de vous faciliter la vie, le programme Business Partner vous assure une rémunération supplémentaire et à vie ! Ainsi, nous vous rétribuons une partie des factures commissions que nous prélevons à vos clients…
Il existe 3 paliers. Plus vous nous apportez de clients, plus vous serez rémunérés.

Pour découvrir en détail le programme WiziShop Business Partner et vous inscrire :
http://www.wizishop-partenaires.com

 

Rejoignez notre programme d’affiliation et gagnez jusqu’à 350€ par boutique !

Le programme WiziShop Affiliate Partner est un programme d’affiliation destiné aux professionnels qui souhaitent promouvoir nos services.
Comme pour les Business Partner, vous aurez accès à de nombreux outils marketing pour vous faciliter la vie et des tableaux de suivi.

La rémunération est très avantageuse. En effet, vous gagnerez 150€ HT pour une boutique créée grâce à vous et active pendant au moins 6 mois. Vous bénéficierez également d’une commission si votre affilié commande une prestation graphique (entre 60 et 200€ de commission). Vous pouvez donc gagner jusqu’à 350€ par boutique !

Pour découvrir en détail le programme WiziShop Affiliate Partner et vous inscrire :
http://www.wizishop-partenaires.com

 

Je pense que vous l’aurez deviné, je suis la Business Manager du programme Partenaires de WiziShop. Que vous nous rejoigniez en tant qu’affilié ou partenaire, je serai là pour répondre à toutes vos questions. J’ai hâte de faire votre connaissance :)

1 commentaire Écrire un commentaire

Les articles incontournables de la semaine

Publié dans La revue de presse le lundi 9 septembre 2013 | Par Séverine

La revue de presse du Blog Wizishop

Lundi 02 Septembre 2013

Utilisez le responsive design pour vos emails marketing
Les campagnes e-mailing sont en effet un des leviers des plus importants dans le e-commerce.(Ecommerce-webmarketing)

Webanalytics : les 3 types de données que vous pouvez rencontrer
Le web analytics peut vous dire beaucoup de choses sur vos clients, votre site web ainsi que votre produit. (Seinsights)

Mardi  03 Septembre 2013

Marketing : cultiver sa différence ?
Se différencier de ses concurrents ? Pourquoi et comment s’y prendre ? (4h18)

Content Marketing : c’est quoi ça ?
Optimisé son contenu marketing : un levier pour la vente. (4h18)

Mercredi  04 Septembre 2013

3 conseils pour faciliter la gestion de stocks de votre site e-commerce
Rien ne sert d’avoir un site attractif avec un assortiment profond et large si les produits commandés ne sont pas disponibles. (Emarketinglicious)

Savoir si un site est pénalisé par Google Search : choses simples
Alors quelles sont les choses simples pour savoir si un site est pénalisé ou pas ? (Madrileno)

Jeudi  05 Septembre 2013

Comment créer un contenu intéressant à diffuser sur la toile ?
Comment publier un contenu efficacement ? (Blog.neocamino)

Google : vers la fin des résultats naturels ?
Google, un moteur de réponses ? (Abondance)

Vendredi  06 Septembre 2013

De prospect à client avec le lead nurtuning
Qu’est-ce que le lead nurturing ? C’est construire et développer une relation avec le prospect. (Business-on-line.typepad)

Infographie : les tendances de l’email marketing en 2013
L’e-mail marketing se rapproche du client et vise à le fidéliser. (E-marketing)

Aucun commentaire Soyez le premier à commenter cet article

Témoignage de e-commerçant – Evolution de la boutique Bec&Ongles de Stéphen

Publié dans Témoignages le vendredi 6 septembre 2013 | Par Sebastien

Envie d’une french manucure ? Je vous invite à lire le témoignage de Stéphen qui nous parle du développement de sa boutique en ligne de vernis à ongles d’aujourd’hui à ses débuts.

Bonjour Stéphen, c’est la deuxième fois que nous vous interviewons sur ce blog, c’est plutôt bon signe, non ?

Oui bien sûr. On nous a tellement répété que le plus dur pour une nouvelle boite c’est les 2 premières années qu’on est bien content d’être encore là ;-)

Avez-vous rencontré des difficultés depuis la mise en ligne de votre boutique, si oui, lesquelles ?

C’est évident. Je ne crois pas connaitre un e-commerçant (et même un entrepreneur en général) qui n’a pas connu de difficultés. Surtout dans les premières années. On a même coutume de dire que le vrai métier d’un chef d’entreprise c’est de résoudre des problèmes toute la journée. Au final c’est un peu vrai :-)
De notre coté nous avons eu 3 domaines qui nous on donné du fil à retordre.

En premier lieu, nous avons changé de structure. Nous avons quitté le régime d’auto-entreprise pour basculer vers une SAS avec tout ce que cela comporte. J’y reviendrais plus tard.

L’autre gros chantier aura été le transport. Lors de notre premier entretien, nous avions 2 transporteurs sur notre boutique : La Poste (via Colissimo et Chronopost) et Mondial Relay. Mondial Relay était une source de problèmes quotidiens. Tous les jours, nous avions une quantité hallucinante de colis perdus, en retard etc… Au bout d’un moment, nous en avons eu marre. Et c’est pile à ce moment là que La Poste nous a approché avec une nouvelle offre « So Colissimo Commerçant » qui nous a permis d’avoir un service bien mieux que Mondial Relay pour un prix un poil plus bas ! Nous n’avons donc pas hésité. Du coup, tous nos colis transitent par La Poste. Et pour l’instant ça se passe sans trop d’accroc.

Enfin, et c’est un chantier que nous n’avons pas encore fini, nous avons beaucoup travaillé sur la gestion de nos stocks. Avec le temps, nous nous sommes aperçus que c’était le point le plus crucial d’un commerçant (en ligne ou non). Au début on faisait nos commandes fournisseur au « feeling » et on s’est vite aperçu que c’était une grave erreur. Nous avons donc mis en place un certain nombre de choses qui nous permettent aujourd’hui d’avoir une gestion beaucoup plus rigoureuse de nos achats. Il faut dire aussi que le fait que nous ayons plus de recul sur notre activité nous y aide beaucoup.

Votre boutique a t’elle subi un lifting depuis ses débuts ou est-ce quelque chose que vous avez planifié ?

Non pas de gros lifting sur la boutique. Juste quelques ajustements comme un Cross Selling renforcé. Pour l’instant rien n’est planifié même si un jour nous devrons nous décider à passer à la version 1.5 de Prestashop… Malheureusement on sait par expérience que cela ne se fait jamais sans heurt…

Avez-vous modifié votre stratégie et vos plans de communication ?

En terme de communication nous n’avons pas changé grand chose. On passe toujours pas les mêmes canaux principaux (Adwords, partenariats blog).
Par contre en terme de marketing nous avons sensiblement changé notre positionnement.

Ce qu’il s’est passé c’est que quelques mois après notre 1ère interview nous avons eu quelques grosses marques qui nous ont lâché sans raison. Enfin si, la raison c’est qu’ils ont signé des contrats d’exclusivité avec de grosses chaines de grande distribution, mais pour nous ce n’était pas une raison puisque nous avons toujours bien travaillé avec eux. Mais bon c’est comme ça.

Du coup cela nous a obligé à changer un peu notre fusil d’épaule. Nous sommes maintenant beaucoup moins sur les marques très grand public. On travaille désormais en priorité avec des marques indépendantes, nouvelles et innovantes qu’on ne trouve pas en France (on trouve ces marques surtout aux USA et en Grande Bretagne). Finalement c’était un mal pour un bien car nous avons maintenant des marques que nous sommes seuls à distribuer en France et je pense que nous avons trouvé notre clientèle.

Disons que maintenant on travaille encore plus notre secteur sous l’angle des « marques de niche ». Comme quoi quand tout le monde répète que pour se lancer dans le e-commerce il faut trouver un produit de niche ce n’est pas pour rien…

Votre structure a t’elle évolué, avez-vous fait appel à des partenaires extérieurs ?

Oui. Comme je disais plus haut, nous sommes passés du régime d’auto-entrepreneur à une SAS. Evidemment nous savions bien que l’auto-entreprise c’était provisoire afin de tester le marché. Et puis quand on voit les récentes mesures du gouvernement à l’encontre des auto-entrepreneurs, on voit bien que c’est un statut qui est voué à mourir, malheureusement.

D’ailleurs pour avoir testé ce régime je peux vous dire que c’est vraiment dommage de s’y attaquer. S’il n’y avait pas eu l’auto-entreprise, nous n’aurions jamais monté Bec & Ongles. Je peux même aller plus loin en vous disant qu’il est possible (difficile mais possible) de vivre d’un e-commerce en auto-entreprise. Après c’est un choix. Maintenant avec les nouvelles mesures cela rend ce choix impossible (limitation dans le temps). Mais bon c’est un autre débat…

Sinon pour revenir sur notre changement de structure, nous sommes passés par un cabinet comptable afin d’être tranquille et d’avoir des statuts en béton. Malheureusement, on s’est aperçu que nous devrons bientôt changer nos statuts à cause d’une incompréhension sur nos attentes avec le cabinet. Comme quoi même si on passe par un tiers pour rédiger ses statuts il faut toujours être pro-actif. Je pense que notre erreur est que nous nous sommes trop reposés sur le cabinet.

Avez-vous constaté une progression au niveau de vos ventes, de vos visites et de votre taux de conversion (pouvez-vous nous donner des chiffres si ce n’est pas trop indiscret) ?

Oui et heureusement :-) Le chiffres d’affaire a augmenté de manière régulière même si nous nous sommes aperçus que, contrairement à ce que nous pensions, notre secteur (vernis à ongles, nail art) a une certaine saisonnalité. L’été est une bonne période pour nous. Nous avons aussi subi de plein fouet les fameux mois creux dont nous avaient parlé d’autres e-commerçants (Octobre – Novembre et Janvier – Février).

Disons que la première fois ça fait bizarre :-) On en est même arrivé à vérifier plusieurs fois par jour s’il n’y avait pas un gros bug sur notre boutique.
Niveau taux de conversion il a beaucoup augmenté. Quand nous avons démarré (les touts premiers mois) nous avions un taux de transformation qui était de 0,6% ce qui est catastrophique.

Pourtant la boutique était la même. Mais bon il faut le temps de se faire connaitre, d’avoir assez de notoriété pour rassurer les clients et surtout augmenter son catalogue. Aujourd’hui notre taux de transformation est dans la moyenne des chiffres qu’on trouve partout sur les blogs de e-commerce.

Par contre on a beaucoup essayé les test A/B et nous n’avons jamais réussi à vraiment augmenter notre taux de transformation grâce à ça. Mais bon nous n’avons pas laissé tombé et nous en faisons encore de temps en temps.

Quel est, selon vous, le secret pour « perdurer » dans le monde du e-commerce ?

Ah si je le connaissais ! Malheureusement je crois que tout se joue avant même d’avoir commencé. Comme souvent c’est globalement l’idée qui vous mettra sur de bons rails. Si vous avez un bon concept et de bons produits (avec une vraie demande et une offre concurrente limitée) vous avez de beaux jours devant vous. Par contre, si ce n’est pas le cas cela peut vite devenir le radeau de la méduse.

Il y a beaucoup de gens qui disent qu’on peut tout vendre sur Internet si on le fait bien. Je ne suis pas trop d’accord avec cette théorie. Est-il intelligent aujourd’hui de se lancer dans les voyages sur Internet ou la vente d’electoménager ? Ces deux secteurs sont déjà ultra saturés. Quel est l’intérêt ? Ou alors il faut inventer un nouveau moyen de distribution et on en revient au propos du début : l’idée. L’idée toujours l’idée…

Merci à Stéphen pour ce beau témoignage. Nous lui souhaitons d’aller encore plus haut et que son aventure dans le e-commerce perdure le plus longtemps possible !

5 commentaires Écrire un commentaire

Vendredi 13 septembre à Nice, découvrez la solution
e-commerce WiziShop de l’intérieur !

Publié dans Les actualités le mercredi 4 septembre 2013 | Par Séverine

Vous connaissez tous les Journées du Patrimoine ?
Cet événement qui permet gratuitement au public de visiter des monuments publics et privés… Depuis peu, de nouvelles journées ont vu le jour : les JPDS, Journées du Patrimoine des Startups.

Réservée aux entreprises parisiennes l’an dernier, la seconde édition des Journées du Patrimoine des Startups se déroulera les 12, 13 et 14 septembre 2013 partout en France.

Leur objectif : permettre à tous de découvrir l’univers des startups de l’intérieur, de rencontrer les équipes et fondateurs, d’échanger sur l’entreprenariat, et pourquoi pas, créer des opportunités et susciter des vocations !

Toute l’équipe de WiziShop sera présente dans ses locaux du centre ville de Nice pour vous accueillir à l’occasion de cette journée portes ouvertes le vendredi 13 septembre de 15h30 à 18h00.

Ce sera l’occasion pour tous de découvrir l’équipe autour d’un verre, de visiter nos locaux, d’échanger avec nous tous, d’écouter des témoignages des différents fondateurs et de poser toutes vos questions.

Inscrivez-vous dès maintenant sur : http://jpds.fr/workshops/wizishop

L’équipe WiziShop sera ravie de vous accueillir et de vous faire découvrir la vie de notre start-up de l’intérieur !

1 commentaire Écrire un commentaire

Pour vous, agence web, quelle serait la solution ecommerce idéale ?

Publié dans Etudes le mercredi 4 septembre 2013 | Par Vanessa

Au cas où vous n’auriez pas lu mes précédents billets, je suis Vanessa, je travaille chez WiziShop depuis quelques mois et mon rôle est de renseigner les professionnels du web qui souhaitent s’appuyer sur notre technologie pour réaliser des sites marchands. Il y a deux semaines, j’ai dressé un panorama des différentes solutions ecommerce Open Source les plus utilisées par les agences web. La semaine dernière, je suis allée un peu plus loin en me demandant si l’Open Source était réellement synonyme de liberté. Et nous avons pu voir que les agences se trouvent régulièrement face à de nombreuses contraintes.

Aujourd’hui je vous propose de participer à une grande réflexion nationale. Ensemble, nous allons essayer de définir la solution ecommerce idéale pour une agence web…
François Ziserman et Romain Boyer se sont dernièrement penché sur la question… Définir les contours d’une solution ecommerce idéale n’est pas une mince affaire. Surtout que les attentes pour un ecommerçant débutant, un ecommerçant expert ou une agence web qui doit créer le site de son client sont totalement différentes.

Les contours d’une solution ecommerce idéale…

Comme nous l’avons vu la semaine dernière, pour moi et les agences web que j’ai pu interroger, l’open source présente de nombreuses contraintes : des coûts de développement importants, des mises à jour complexes, des modules isolés qui rendent le fonctionnement du back-office plus difficile, des bugs techniques pris en charge par les prestataires…

Pour moi, clairement, l’avenir du ecommerce est dans le SaaS car les professionnels du web sont en attente de :

1. Une solution qui n’a pas besoin d’être installée. En 1 clic, l’agence peut créer un nouveau projet sans se soucier des problèmes techniques ou des bases de données.

2. Un outil complet, tout-en-un et qui répondra directement aux besoins classiques du client (90% des besoins sont les mêmes pour tous !) sans avoir besoin d’installer des dizaines de modules payants et de gérer leur compatibilité.

3. Une solution simple à prendre en main pour le client. Pas de formation à donner ni d’améliorations ergonomiques à apporter au back-office avant de le remettre à son client.

4. Une solution qui comprend l’infrastructure technique et notamment l’hébergement. Un hébergement Cloud qui s’adapterait aux besoins du client sans que le prestataire n’ait à intervenir ! Un hébergement ultra optimisé pour des temps de réponse très courts et un système de cache performant.

5. Une solution ecommerce que l’on peut facilement personnaliser graphiquement, sans avoir besoin de connaissances en développement. Une solution ecommerce qui pourrait offrir aux agences des templates de base efficaces et comprenant toutes les meilleures pratiques ergonomiques afin de leur faire gagner un temps précieux.

6. Une plateforme ecommerce qui évoluerait constamment mais sans avoir besoin d’intervention de la part du prestataire. Le client bénéficierait automatiquement de nouvelles fonctionnalités sans mise à jour à effectuer et sans coupure de service !

7. Une solution ecommerce qui prendrait à sa charge le support technique et la résolution des bugs pour que l’agence puisse se concentrer sur son cœur de métier.

8. Une solution qui, naturellement, serait à la pointe de l’optimisation pour le SEO. Pas besoin de passer 10 jours à reprendre les bases du référencement, tout serait déjà conçu idéalement…

9. Une solution ouverte qui permettrait via des API de repousser les limites et imaginer toutes sortes de développements personnalisés.

10. Un vrai accompagnement. Une personne physique que le prestataire pourrait contacter quand il le souhaite afin d’obtenir de l’aide sur la solution.

11. Des outils de suivi et de statistiques afin de retrouver chacun de ses clients, de se connecter sur leur compte et de suivre leur activité facilement.

12. La possibilité de facilement personnaliser le back-office des clients. Par exemple ajouter son logo, désactiver certaines possibilités…

Et vous, quelles sont vos attentes ? Que pensez-vous de ces propositions ?

Un outil parfait peut-il réellement exister ?

Honnêtement, je pense qu’il n’existe pas et qu’il n’existera jamais de solution parfaite capable de répondre à 100% des besoins de chacun. Selon le client, ses produits, ses outils de gestion, sa maturité, les capacités de l’agence web, son expérience en e-commerce, ses ressources ou encore ses spécialités, certains outils seront plus adaptés que d’autres.

Mais le constat le plus frappant c’est que la quasi totalité des projets ecommerce actuels sont réalisés en Open Source. Pourtant, comme nous venons de le voir les solutions SaaS ou les solutions propriétaires présentent de nombreux avantages et se rapprochent plus de la solution idéale pour les agences. Elles pourraient donc convenir à une majorité de projets. Mais alors pourquoi les agences ne franchissent-elles pas le pas ? Est-ce par habitude ? Ou bien est-ce simplement car elles n’ont pas connaissance d’une autre voie ?

Si je me pose et vous pose toutes ces questions, c’est que nous réfléchissons chez WiziShop depuis de nombreux mois à des outils complémentaires destinés aux agences et professionnels du web. Des outils pour leur permettre de gagner du temps et être plus efficace dans leurs créations de sites marchands. Nous réfléchissons à comment offrir une véritable alternative à l’Open Source.

Et nous ne souhaitons plus perdre de temps. Dès mardi prochain, je vous présenterai notre programme partenaires et les outils que nous avons imaginés pour vous ! Agences web, freelances, webdesigners, agences de communication… Ne ratez pas ce rendez-vous ! Je vous expliquerai tout en détail mardi 10 Septembre à 10h30… Une nouvelle voie va s’offrir à vous ;)

 

5 commentaires Écrire un commentaire

Les articles incontournables de la semaine

Publié dans La revue de presse le lundi 2 septembre 2013 | Par Séverine

La revue de presse du Blog Wizishop

Lundi 26 Août 2013

Pourquoi il faut vous lancer dans l’e-commerce cette année
Le commerce en ligne : un secteur plein d’avenir …(Riacreation)

Conseils officiels pour un bon référencement sur Bing
Quels sont les astuces pour un référencement optimal sur le moteur de recherche Bin (webrankinginfo)

Mardi  27 Août 2013

Comprendre ses clients et leurs préférences d’achats
Comment mener une stratégie d’emails marketing réussie ? (Marketing-profesionnel)

7 questions fréquentes au sujet des médias sociaux
Les médias sociaux pour qui ? pourquoi ? comment ? (Fredericgonzalo)

Mercredi  28 Août 2013

Définir un objectif
Définir ses objectifs, pourquoi ? Comment ? (4h18)

Nouvelles extensions Google Adwords à venir
Voici les prochaines nouveautés qui pourraient vous permettre d’améliorer vos campagnes de liens sponsorisés (Webmarketing&com)

Jeudi  29 Août 2013

Comment définir ses objectifs sur Internet ?
La première étape : fixer une stratégie internet (Blog.neocamino)

L’importance du Blogging en chiffres
Un Blog, quel intérêt pour mon entreprise ? (Arobasenet)

Vendredi  30 Août 2013

Google recevrait plus de 200 000 demandes de reconsidérations chaque mois
Près de 5000 demandes de réexamen sont envoyé chaque semaine via leur outil Google Webmaster Tools. (Seinsights).

Du magasin à Internet (web to store) ou du web au magasin (store to web)
Les français pratiquent le web-2-store comme le store-2-web. (Consonaute).

1 commentaire Écrire un commentaire

Témoignage de e-commerçant – Evolution de la boutique Peace and Wool de Emmanuelle

Publié dans Témoignages le vendredi 30 août 2013 | Par Sebastien

A travers leur concept original de mailles à crocheter et de laines à tricoter, je vous laisse découvrir l’évolution de la boutique Peace and Wool d’Emmanuelle d’hier à aujourd’hui…

Bonjour Franck, c’est la deuxième fois que nous vous interviewons sur ce blog, c’est plutôt bon signe, non ?

Oui c’est chouette ! Nous faisons notre petit chemin doucement mais surement ! Nous sommes très vigilants, nous voulons garder la même qualité de service et de produits qu’à nos débuts.

Avez-vous rencontré des difficultés depuis la mise en ligne de votre boutique, si oui, lesquelles ?

2 collections par an est pour nous ne vraie course, la partie création nous mobilise énormément, c’est aussi la partie du job la plus riche.
Et puis les banques restent les grandes absentes du développement des petites entreprises aujourd’hui. Nous finançons seul notre développement.

Votre boutique a t’elle subi un lifting depuis ses débuts ou est-ce quelque chose que vous avez planifié ?

Nous avons procédé à pas d’évolutions de notre backoffice pour nous faciliter la gestion du quotidien. Concernant le front office nous allons faire évoluer la page produit et repenser notre arborescence, car notre offre s’élargit. C’est le chantier de la rentrée.

Avez-vous modifié votre stratégie et vos plans de communication ?

Oui nous avons beaucoup développé les relations presse et cette rentrée nous allons renforcer notre communication auprès des blog et entamer une nouvelle campagne de référencement naturel. L’achat de clic quand à lui reste anecdotique.

Votre structure a t’elle évolué, avez-vous fait appel à des partenaires extérieurs ?

Oui nous faisons appel à des partenaires extérieurs et avons développé les partenariats avec d’autres commerçants pour mutualiser certaines ressources.

Avez-vous constaté une progression au niveau de vos ventes, de vos visites et de votre taux de conversion (pouvez-vous nous donner des chiffres si ce n’est pas trop indiscret) ?

Euh, oui car sinon nous ne serions pas là pour en discuter…
Disons qu’en une an nous avons triplé notre CA, mais notre progression reste très mesurée.

Quel est, selon vous, le secret pour « perdurer » dans le monde du e-commerce ?

Ben aujourd’hui c’est beaucoup moins facile qu’il y a 10 ans..rester maître de son développement, progresser à sa mesure, maintenir la qualité, garder un bon contact direct avec ses clients, c’est peut-être bien la plus sûre façon de perdurer. Mais bon cela n’atténue pas l’extrême vulnérabilité des petites entreprises dans notre pays qui ne sont soutenues ni par l’état ni par les banques.

Merci à Emmanuelle pour ce beau témoignage. Nous lui souhaitons d’aller encore plus haut et que son aventure dans le e-commerce perdure le plus longtemps possible !

2 commentaires Écrire un commentaire

Chiffre du jour : 20

Publié dans Le chiffre du jour le mercredi 28 août 2013 | Par Sebastien

20 comme le nombre de recommandations pour pratiquer du bon netlinking.

Le netlinking est une pratique moins utilisée qu’auparavant par tous les webmasters et spécialistes SEO. Mais il n’en reste pas moins important de savoir ce qu’il est bon de faire, et surtout de ne pas faire.

Dans cette optique, le blog Pole position SEO nous offre une infographie avec toutes les choses à faire et à ne pas faire pour bien organiser le netlinking de votre site (ci-dessous une liste des points par écrit également) :

  1. Les liens doivent être en dur
  2. Les liens doivent être en dofollow
  3. Peu de liens mais de qualité
  4. Pas de liens brisés : corriger les erreurs de pages 404 non trouvées
  5. La page source du lien ne doit pas contenir trop de liens
  6. Pour les liens redirigés, seule la redirection 301 est suivie par les robots, elle permet aussi de récupérer les liens brisés
  7. Le lien doit être souvent cliqué
  8. Varier les ancres de liens en alternant des ancres optimisées sur des mots-clés et d’autres non optimisées (visitez ce site, nom société, tous les détails ici, … etc)
  9. Le lien doit être sur une page populaire à fort page rank ou sur un site de confiance
  10. Pas ou peu de liens réciproques, plutôt des liens triangulaires
  11. Le lien doit être dans une thématique similaire ou complémentaire avec la page où il se trouve
  12. Le lien doit être visible au milieu du contenu éditorial et en haut de la ligne de flottaison
  13. Les liens de Communiqué de Presse et de Guest Blogging doivent être en nofollow et avec des ancres non optimisées
  14. Eviter les liens provenant de sites sanctionnés par Google
  15. Le lien doit être placé sur la page d’accueil du site source et non dans les niveaux intermédiaires pour éviter la perte de jus de liens
  16. Générer des liens depuis les réseaux sociaux en proposant du contenu riche et pertinent
  17. Rédiger du contenu de qualité pour attirer les liens vers son site grâce au linkbaiting (dossiers, infographies, vidéos, interviews, analyses, tests … etc)
  18. Générer un sitemap pour améliorer le crawl des robots et créer des liens supplémentaires
  19. Eviter les liens entre ses domaines sauf s’il s’agit de thématiques similaires ou de versions étrangères
  20. Les liens doivent être entièrement naturels, pas de liens artificiels, pas de liens provenant de fermes de liens, pas de liens publicitaires, pas de liens achetés, pas de liens obtenus par soumissions automatiques, peu de liens de faible qualité

Source : Pole position SEO

4 commentaires Écrire un commentaire

L’Open Source est-il réellement synonyme de liberté ?

Publié dans Etudes le mardi 27 août 2013 | Par Vanessa

Je vous propose aujourd’hui de continuer ma série de billets commencée la semaine dernière. Pour rappel, je m’occupe d’accompagner les différentes agences web qui souhaitent créer les sites de leurs clients avec WiziShop. Depuis plusieurs mois, je m’interroge sur leurs problématiques et sur les outils qu’ils ont actuellement à leur disposition. Mercredi dernier, j’ai commencé à dresser un tour d’horizon des solutions ecommerce open source utilisées par les professionnels du web.

Cette semaine, j’aimerais que nous allions un peu plus loin dans notre réflexion. Si une grande majorité de professionnels se tournent instinctivement vers de l’open source, cela signifie-t-il pour autant qu’ils ont raison ? Est-ce que l’Open Source est réellement la solution à tous les projets de leurs clients ? Y’a t-il des contraintes à prendre en compte ? Nous pourrions même nous poser cette question, un peu polémique mais que je trouve justifiée : « Est-ce que l’Open Source est vraiment synonyme de liberté ? » …

 

Développer un site ecommerce en Open Source coûte-t-il trop cher ?

Cette première question peut paraitre étonnante, car de prime abord, l’Open Source est souvent considéré comme « gratuit ». Oui, il n’y a pas de licence à payer pour utiliser la solution mais l’agence web doit prendre en compte bien d’autres facteurs lorsqu’elle concocte son devis :

  • L’installation
  • L’optimisation de la solution
  • La couche graphique
  • Les modules supplémentaires souhaités par le client
  • Le développement nécessaire pour intégrer tout cela
  • L’hébergement du site

Le problème que j’ai aperçu en sondant quelques agences web habituées à travailler avec de l’Open Source, c’est qu’au fur et à mesure que la solution se développe et se perfectionne, le degré de complexité technique grimpe en parallèle. L’agence est donc forcée d’embaucher de réels spécialistes techniques de la solution et d’allonger les temps de développement minimum. Bien entendu, cela se ressent fortement sur les tarifs qu’elle va devoir annoncer à son client. Un site assez basique sous Prestashop vendu il y a quelques années aux alentours de 5 000€ doit désormais être facturé 8 à 10 000€ pour que l’agence entre dans ses frais. Et là on ne parle pas de projets complexes qui peuvent bien évidemment grimper jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros…

Mais ce tarif plancher d’environ 8000€ est-il en adéquation avec le marché ?

Là encore, vu le nombre de sites marchands produits chaque année par les agences web, freelances, agences de communication, on peut se dire que cela n’est pas forcément un frein. Mais si on creuse plus, on peut se demander :

1. Est-ce que les agences n’auraient pas encore plus de clients si les tarifs de développement étaient moins importants ? J’en ai rencontré plusieurs qui m’ont exposé le fait qu’elles refusaient des clients qui n’avaient que 4 à 6 000€ de budget. Pas assez rentables pour elles.

2. Est-ce que certains clients de ces agences qui ont un budget serré ne pourraient pas utiliser leur argent autrement ? Imaginons que le client ait 15 000€ de budget. L’agence va lui proposer un site à 10 000€ et 5 000€ d’actions marketing (SEO, accompagnement, Community Management, Adwords…). Ne croyez vous pas que l’agence et le client seraient plus heureux si le budget de création du site était de 5 000€ et le budget communication de 10 000€ ? Moi je suis convaincue que le client développerait mieux sa boutique et que l’agence y serait également gagnante. Pas vous ?

Je vais aller encore plus loin dans ma démonstration. Tenez vous bien ! Si l’on prend les chiffres récents de la FEVAD, on constate que 95% des boutiques en ligne françaises génèrent moins d’un million d’euros de ventes par an. Vous serez d’accord avec moi pour dire que nous avons donc 95% de moyens, petits et très petits sites ecommerce sur le marché. La moitié d’entre eux ne dépassera jamais les 100 transactions par mois.

Pour résumer, on a donc d’un côté un marché composé principalement de petites structures et de l’autre des agences web obligées de faire payer des sommes importantes à leurs clients. Ma question de départ n’est donc peut être pas si ridicule. On peut vraiment se demander si le marché et l’offre qu’on lui propose « collent » réellement entre eux, n’est-ce pas ?

 

Le site est créé. Et après ?

L’agence et le commerçant se sont mis d’accord pour un budget pour le développement et la mise en ligne du site, en fonction des besoins de ce dernier.
Le commerçant qui trépignait d’impatience, peut enfin activer sa boutique et se lancer à corps perdu dans le monde complexe et hyper concurrentiel d’Internet et du e-commerce en particulier…
Jusque là tout va bien, nous sommes dans une relation commerciale « normale »…
Mais imaginons une seconde que des événements complètement imprévus interviennent ? Prenons quelques exemples et posons-nous ensemble quelques questions :

Que se passe-t-il si le commerçant contacte de nouveau l’agence parce qu’il souhaite faire évoluer sa boutique ?
Parce que, bien entendu, après quelques semaines/mois d’activité et à regarder ce que proposait la concurrence, il aimerait bien lui aussi bénéficier de nouvelles fonctionnalités qui pourraient lui permettre de mieux animer sa boutique et peut-être vendre plus…

  • Est-ce que le commerçant avait prévu ce nouveau budget ? (achat de module + installation de la part de l’agence)
  • Est-ce que l’agence, qui sera certainement en train de travailler sur d’autres projets, aura de la disponibilité pour lui ?
  • Est-ce que les délais annoncés par l’agence, correspondront aux attentes du commerçant ?
  • Est-ce que les nouvelles fonctionnalités que l’agence va lui installer vont être compatibles avec les autres modules du site ?

Que se passe-t-il si quelques semaines après le lancement de la boutique, la solution Open-Source sort une mise à jour ?
Le client va prendre connaissance de cette mise à jour sur son back-office, il va forcément se tourner vers son agence pour pouvoir en profiter. Comme tous les autres clients… Au même instant…

  • Évidemment cela pose des questions d’organisation au sein de l’agence. Pourra t-elle réaliser la mise à jour pour ses 10, 50 ou 200 clients ? Sous quels délais ?
  • Comment le client va-t-il réagir quand l’agence va lui annoncer qu’il faut intervenir durant plusieurs heures, voir plusieurs jours, sur sa boutique ? Avait-il prévu ce budget ?
  • On peut raisonnablement imaginer que les modules mis en place sur la boutique ne fonctionneront plus… ce qui risque d’agacer l’agence et de faire grimper l’addition…

Que se passe-t-il si au bout de quelques semaines le client trouve un bug lié à la solution Open-Source ?
Le client de l’agence ne va pas se tourner vers Magento, Prestashop ou RBS Change. Non, il n’a pas de relation directe avec la solution Open-Source et devrait s’acquitter d’une prestation de support auprès d’elle si il le souhaitait vraiment. Il va donc s’adresser naturellement à son agence…

  • L’agence a t-elle mis en place un système de suivi par ticket ? Est-elle en mesure de traiter ses bugs ?
  • Plus généralement, est-ce le rôle de l’agence d’assurer ce suivi technique ?
  • Pendant combien de temps devra t-elle être l’interlocuteur du commerçant ? Les jours suivant le lancement ? Les premiers mois ? Pendant des années ? Si on multiplie par le nombre de clients de l’agence, cela peut rapidement devenir une activité extrêmement chronophage…

Que se passe-t-il si le site marchand augmente considérablement son trafic ?
L’activité commence à sérieusement décoller et l’hébergement prévu au départ ne suffit plus. Le marchand va, là encore, se tourner vers son agence pour trouver une solution.

  • Commençons par le commencement. A l’origine, l’agence a-t-elle tout fait pour optimiser le site ? La compression des CSS et javascripts, la mise en cache, l’optimisation HTML, les réglages et mises à jours du serveurs… L’hébergement est un métier complexe et qui doit être adapté à la solution technique. Est-ce que l’agence peut se permettre tout se travail de fond ? Ou est-elle obligée de sur-dimensionner son hébergement (et les coûts qui vont avec bien entendu !) ?
  • Combien de temps faudra t-il à l’agence pour arriver à augmenter les tuyaux ? Quel sera le coût supplémentaire pour le marchand ?
  • Si il y a un besoin temporaire (grosse campagne de communication, soldes, fêtes de fin d’année, passage au JT de 13h – Jean Pierre si tu nous lis, tu as le bonjour du comté Niçois -…), l’agence pourra t-elle répondre aux besoins dans un temps extrêmement court ? A t-elle imaginé un hébergement flexible ? Pas évident… Cette réactivité sera certainement réservée aux plus grosses agences et aux plus gros budgets… Le commerçant ne va donc pas pouvoir profiter de ce fabuleux coup de projecteur ?

 

Qu’est-ce que la liberté ?

En guise de conclusion, et comme c’est la rentrée la semaine prochaine, je vous pose cette question philosophique… Vous avez 2h pour me rendre votre copie !
Si l’on en croit notre ami Wikipédia, un logiciel Open-Source est un logiciel libre. Ou plutôt un logiciel qui est proposé par le biais d’une licence d’utilisation libre.
Mais avec toutes les questions posées précédemment, je me dis que la liberté semble s’arrêter là !

Si l’on se place au niveau du marchand, cela a un coût élevé. Il a donc moins de liberté par la suite pour faire ses actions marketing et des améliorations sur son site.
Si l’on se place au niveau de l’agence, cela lui ajoute un grand nombre de contraintes : la complexité technique (difficulté de recrutement, difficulté à marger, difficulté à évaluer le temps de travail), l’hébergement à prendre en compte, les mises à jours nombreuses à répercuter, des éventuelles failles de sécurité rapidement exploitées car publiques ou encore le support technique à prendre en charge.

Alors, bien évidemment, vous allez me dire que la liberté qu’offrent les solutions open-source réside dans la possibilité de faire du sur-mesure, d’ajouter son propre code PHP, de mettre les mains dans le cambouis. Ok, c’est un argument recevable. Mais combien d’ecommerçants ont-ils réellement besoin que leur agence leur développe une fonctionnalité unique et sur-mesure ? 5% ? 10% des projets tout au plus ?
De là à conclure que 90% des projets réalisés en Open-Source par les agences web ne devraient pas l’être… Il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas ! En tout cas pas cette semaine ;)

La semaine prochaine je vous donne rendez-vous sur ce blog pour débattre ensemble de ce que serait la solution ecommerce idéale pour les agences web. Une solution qui permettrait peut-être de gagner en liberté et de mieux répondre aux attentes du marché… En attendant, n’hésitez pas à me laisser votre avis sur ce billet et à donner votre point de vue sur toutes les questions que j’ai pu évoquer (et elles sont nombreuses !).
Bonne semaine à tous et à toutes !

 

9 commentaires Écrire un commentaire

Les articles incontournables de la semaine

Publié dans La revue de presse le lundi 26 août 2013 | Par Séverine

La revue de presse du Blog Wizishop

Lundi 19 Août 2013

Comment mieux s’organiser pour un référencement efficace ?
Comme vous le savez, référencer un site web dans des annuaires n’est pas ce qu’il y a de plus passionnant. (Virtuose-marketing)

Mardi 20 Août 2013

Jeux concours une forme de marketing promotionnelle
Les jeux concours sont devenus un des éléments incontournable du marketing. (1min30)

Comment intégrer Pinterest à votre stratégie e-commerce ?
N’oubliez pas d’ajouter Pinterest à vos réseaux sociaux pour le e-commerce. (Lemusclereferencement)

Mercredi 21 Août 2013

Non les +1 n’ont pas d’influence sur le positionnement d’une page
Dans la suite de notre débat entre corrélation et causalité, Matt Cutts explique que le nombre de +1 sur une page web n’influe pas son classement dans les résultats du moteur de recherche. (Abondance)

Jeudi 22 Août 2013

Infographie e-commerce : A quoi ressemble le marché du e-commerce mondial ?
Nous nous intéressons au marché mondial du e-commerce. (Ecommerce-webmarketing)

Comment utiliser le principe de pareto pour le référencement
Le principe de pareto 80/20 peut s’appliquer dans notre vie de tout les jours, même dans le référencement. (Seinsights)

Vendredi 23 Août 2013

Google propose un outil permettant de comparer les trafics organiques et payants
Google vient de lancer, dans son interface Adwords, un nouvel outil qui permet de comparer le trafic payant (liens sponsorisés) et organique (résultats naturels ou SEO). (Abondance)

Le temps de chargement d’une page peut influencer son positionnement
Est-ce que la vitesse de chargement d’une page peut influencer le positionnement ? Est-ce que ce facteur est plus important pour les téléphones mobiles ? (Actu-google)

4 commentaires Écrire un commentaire

Ne perdez plus de temps ! Testez WiziShop dès aujourd'hui...

L'essai est gratuit pendant 15 jours, sans engagement et vous donne accès à l'ensemble des fonctionnalités.

TESTER WIZISHOP