Le Blog ecommerce de WiziShop

Le statut d’auto-entrepreneur remis en question

Publié dans Les actualités le mercredi 1 avril 2009 | Par Gregory

Malgré l’énorme succès rencontré par ce nouveau statut issu de Loi de Modernisation de l’Economie (LME), Hervé Novellu vient d’annoncer sur Europe1 que le gouvernement envisage de supprimer ou de modifier le statut d’auto-entrepreneur.

« Le statut d’auto-entrepreneur est très fortement plébiscité mais je pense que nous avons précipité son lancement. En effet, l’accès au monde professionnel est devenu beaucoup trop simple. Imaginez qu’aujourd’hui si vous ne facturez aucun client, l’état ne vous prélève aucune taxe ! Le monde est en crise et je ne crois pas que ce soit la solution » a déclaré Hervé Novellu, secrétaire d’état au Commerce, au micro d’Europe1 en début d’après midi.

Lorsque le journaliste lui a demandé si le statut allait être arrêté ou modifié, le secrétaire d’état est resté assez évasif « Nous envisageons toutes les solutions. Pour le moment nous pensons plutôt faire évoluer le statut vers un modèle plus classique. Par exemple un forfait variable qui commencerait à quelques centaines d’euros par mois et s’adapterait en fonction du nombre de factures éditées. Le statut d’auto-entrepreneur doit rester accessible à tous, le premier palier ne dépassera pas 500€« .

Malheureusement l’état semble trop frileux, notamment sur la taxe sur le chiffre d’Affaires réalisé. J’espère tout de même que le statut d’auto-entrepreneur ne sera pas abandonné. Cette nouvelle risque de faire du bruit et j’espère que le gouvernement changera rapidement d’avis !

Edit : Il s’agissait bien entendu d’un poisson d’Avril, ne vous inquiétez pas le statut d’auto-entrepreneur a de beaux jours devant lui !

10 commentaires Écrire un commentaire

Formez-vous au webmarketing, c’est possible !

Publié dans Les actualités le mardi 31 mars 2009 | Par Cedric

Aujourd’hui je souhaite mettre à l’honneur un projet très intéressant dont l’instigateur est Christophe Da Silva, directeur de la publication d’Arkantos Consulting et consultant formateur en stratégie webmarketing. Il souhaite lancer des formations au e-commerce, orientées principalement webmarketing, au travers de séminaires webmarketing.
Organisation, inscription, contenu des formations…Christophe Da Silva répond à toutes ces questions dans cette interview.

Pouvez-vous nous présenter Arkantos Consulting ?

La création de l’EURL Arkantos Consulting a été pour moi l’aboutissement de près de 10 années de travail dans les métiers du Web, que ce soit pour mon propre compte, qu’au sein de diverses entreprises du secteur. Arkantos Consulting est, depuis février 2006, une agence de conseils en stratégie de visibilité sur Internet et plus récemment un centre de formation agréé dispensant des formations sur des domaines de l’industrie du Web comme le Référencement, l’Ergonomie de Sites Web, l’Emailing, la promotion de sites online, Google Analytics ou encore Google AdWords
En créant Arkantos Consulting, pour sa visibilité online, j’ai avant tout créé un site web utile pour les visiteurs : la publication d’articles dans tous les domaines liés au Net pour développer sa visibilité online. Je venais ainsi proposer un service complémentaire à Marketing-Internet.com, ABCnetMarketing.com ou encore Cerise Rouge déjà présents sur ce marché de l’information ultra-ciblé. La pérennité et le succès du service furent liés à la charte éditoriale du site et à sa fréquence de mise à jour (chaque semaine, 2 nouveaux articles étaient publiés puis envoyés par le biais de la newsletter).
A force de travail, en alimentant ainsi le site et me rendant de plus en plus visible, j’ai récemment revendu Arkantos Consulting à Cibleweb, une agence de référencement du Sud de la France, de plus en plus connue pour son service Iziflux, destinés aux marchands, leur donnant la capacité de gérer et de proposer leurs flux produits à l’ensemble des comparateurs de prix partenaires du projet, projet d’ailleurs soutenu par OSEO.
En rachetant Arkantos Consulting en septembre 2008, Cibleweb venait donc de répondre à une demande toujours plus grande de formations spécialisées dans les métiers du Net, qu’elle ne pouvait pas jusque-là satisfaire.
Aujourd’hui, j’anime des formations partout en France pour les grands comptes comme pour les TPE-PMI-PME. Il m’est même arrivé de former les équipes techniques d’un Ministère, en ergonomie et référencement ;-).

Peux-tu nous en dire plus sur cette journée de formation au e-commerce ?
Comme je vous le disais plus tôt, je forme partout en France des entreprises en interne. Récemment, nous nous sommes lancés dans les séminaires de formation au référencement et à la stratégie webmarketing dans les principales villes françaises : Paris, Marseille, Bordeaux, Lyon, Strasbourg… Le prochain évènement aura lieu à Nice le 7 avril dans le cadre du DEVCOM+ (plus précisément à Sophia Antipolis). Le séminaire de formation aura pour thème « Réussir sa stratégie de Référencement » et abordera les sujets de l’optimisation de sites web (SEO) et l’ergonomie de sites web, la stratégie de référencement offsite via les réseaux sociaux (SMO), et les liens sponsorisés (SEM).
Cette formation est destinée aux TPE-PMI-PME, décideurs d’entreprises, webmasters… bref, à toute personne souhaitant booster l’efficacité de son site web en matière de visibilité.

Comment faire pour y participer ?
Pour y participer, rien de plus simple, il suffit de s’inscrire sur notre site. Le nombre de places étant limité, je suggère à vous inscrire très rapidement. Mieux, vous pouvez contacter directement Pascal au 04.67.00.82.77 qui saura vous transmettre tous les éléments nécessaires à votre inscription. Le tarif de cette journée de formation est de 550€HT, déjeuner inclus. Étant centre de formation agréé, cette formation peut être prise en charge par votre organisme paritaire. Alors, ne vous en privez-pas !

Y-a-t-il d’autres initiatives similaires de prévues ?

Notre calendrier se remplit très vite. Pour le moment, naturellement nous dispensons plus de formations en centre de formation (à Béziers, tous les vendredis) que partout ailleurs. Mais d’ici la rentrée de septembre, le calendrier « hors région » devrait vite se remplir. Pour le moment, nous avons donc une date à Nice le 7 avril, un séminaire de formation à Marseille le 11 juin et un autre Paris, très demandé, sur le référencement et les aspects juridiques le 24 juin prochain. Mais je vous invite à vous rendre sur notre calendrier online pour découvrir toutes les dates et les programmes prévus jusqu’en juin.

Aucun commentaire Soyez le premier à commenter cet article

Les articles incontournables de la semaine

Publié dans La revue de presse le lundi 30 mars 2009 | Par Cedric

Bonjour à tous nos lecteurs, je vous présente notre revue de presse hebdomadaire. Je vous souhaite une bonne lecture et une bonne semaine !

1. Comment gérer ses codes promos ?
Un petit billet publié sur le blog d’Indixit qui rappelle les différentes façons de faire apparaître et d’utiliser un code promotionnel…

2. Ciblage comportemental : 62% des consommateurs français y sont favorables
Le blog Arkantos Consulting communique et commente les résultats d’une enquête menée par Coremetrics sur le ciblage comportemental…

3. J’ai testé pour vous : la relation client
Avis et conseils précieux délivrés par Capitaine Commerce sur les us et coutumes des e-commerçants concernant la relation client…

4. 5 belles boutiques sous Clicboutic
Chaque semaine Capitaine Commerce présente 5 boutiques réalisées sous une solution e-commerce, cette semaine c’est au tour de Clicboutic d’être mis à l’honneur…

5. Ouvrir une boutique en ligne, quelques conseils
Sur le blog e-commerce de Buzzinesman, on retrouve plein de conseils pratiques, très utiles lorsqu’on veut se lancer dans le e-commerce…

1 commentaire Écrire un commentaire

La e-logistique – Interview de Cards Off

Publié dans Les dossiers du e-commerce le vendredi 27 mars 2009 | Par Cedric

Toujours dans la continuité de notre dossier sur la e-logistique, je vous présente aujourd’hui un acteur du e-commerce qui fait et va faire de plus en plus parler de lui tant le service proposé est novateur. Ce n’est ni une plateforme, ni un logiciel logistique, mais un moyen de paiement, Cards Off !

Pourquoi mettre en avant un moyen de paiement comme Cards Off dans ce dossier me direz-vous ?

Tout simplement parce que le service proposé par Cards Off recouvre et sécurise toutes les étapes de la transaction jusqu’à la livraison. La logistique joue donc un rôle central dans le processus.
Cards Off et WiziShop ont donc décidé de développer un partenariat, son intégration dans notre solution e-commerce est d’ailleurs en cours.
Je préfère vous laisser découvrir l’interview de Guilhem Roux qui va vous expliquer les innovations et particularités proposées par Cards Off.

Pouvez-vous nous présenter Cards Off ?
Cards Off est un acteur de l’e-commerce, crée en 2005 et côté en bourse au marché libre de Paris depuis septembre 2007 (MLOFF). Les capitaux sont français, la faible part du flottant permet de s’affranchir des turbulences du moment. Les fondateurs sont les dirigeants de la société et ont plein mandat dans leur fonction, qui comprend aussi la capacité à lever des fonds.

Nous sommes 12 collaborateurs, nous travaillons dans nos bureaux parisiens en plein cœur du 8ème arrondissement.

Nous avons le statut JEI et sommes une entreprise de paiement au sens de la directive européenne du 13 novembre 2007.

Quelle alternative aux moyens de paiement dits « classique » propose Cards Off ?
Cards Off est une vraie alternative à la carte bancaire.

Un acte d’achat Cards Off est fort simple. Un identifiant, un mot de passe, et c’est tout. En effet, lors de son inscription l’acheteur Cards Off nous a transmis ses coordonnées personnelles et bancaires. Plus besoin de les ressaisir, et d’avantage de sécurité, car il a associé à chacune de ses adresses de livraison une dénomination (« Maison », « Chez tata », « Travail ») qu’il choisira pendant son achat, sans que son adresse ne soit visible ou changeable.

Cards Off apporte de la confiance à tous. Dès l’acte d’achat conclu, nous réalisons le prélèvement des sommes dues par l’acheteur sur son compte bancaire. Les fonds sont déposés sur un compte d’attente, à la banque, et réservés exclusivement pour le site marchand. Lorsque celui-ci dispose de la preuve de livraison, nous lui versons les sommes directement sur son compte bancaire. Nous amenons plus de garanties qui permettent de décider l’acte d’achat et d’augmenter le panier moyen.

Le consommateur achète donc en toute confiance, car il sait que le site marchand ne sera réglé que si lui-même est livré. Le marchand livre en toute sérénité, car il sait que les sommes sont déjà prélevées et réservées pour lui à la banque. Ces deux points nous différencient significativement d’autres moyens et acteurs du marché. De plus, nous apportons un service supplémentaire lors de la livraison que nous découvrirons plus en détail tout à l’heure.

Dernier point : nous permettons aux marchands d’anticiper les probables évolutions législatives. Nous rappelons que la FEVAD, Fédération E-commerce et Vente A Distance, vient de remettre un rapport à Luc Châtel, Secrétaire d’État chargé de l’Industrie et de la Consommation, recommandant un paiement à l’expédition et la souscription à des assurances et fonds de garantie. Avec notre solution qui propose un paiement à la livraison et un remboursement sans frais en cas d’annulation, nous permettons aux e-commerçants de prendre de l’avance et de fournir un service nettement plus qualitatif et moins contraignant pour leurs acheteurs.

Quels sont vos tarifs ?
Pour l’e-commerçant
, notre rémunération se base sur un abonnement annuel et un pourcentage à la transaction. Ce dernier est aujourd’hui de 1.2% à la transaction, sans partie fixe ni montant minimum. Ce qui nous permet d’être fortement compétitifs face à d’autres acteurs. Il est intéressant de noter que cette rémunération intègre le paiement bien sûr, mais aussi les services de sécurisation de la remise du colis. La compétitivité du prix inclus donc en sus la compétitivité du service.

Concernant l’abonnement, nous ferons une offre spéciale pour les clients Wizishop dans le cadre de notre partenariat. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler plus tard…

Quant aux consommateurs, leur abonnement annuel est gratuit de même que l’acte d’achat.

Quel regard portez-vous sur la place de la e-logistique dans le e-commerce ?
Nous pensons chez Cards Off que la e-logistique a une place déterminante dans le monde de l’e-commerce. En premier lieu pour des raisons de délais et de coûts, bien sûr.

Ensuite pour une raison tout simplement qualitative. Dans l’e-commerce, le seul contact humain qu’aura le client avec un professionnel sera la plupart du temps la remise du colis. C’est donc un instant précieux, lors duquel le consommateur doit se sentir concerné, rassuré et impliqué.

En dernier lieu, c’est un élément essentiel de la sécurité globale de la chaîne de commande. Il faut remettre un colis à la bonne personne, tout en respectant une optimisation de ses coûts de livraison, ce qui implique une certaine rapidité d’exécution. Il faut faire vite, bien et courtoisement. Un défi dont prennent conscience de plus en plus de logisticiens, et c’est un mieux pour l’ensemble de la profession.

Concernant la partie e-logistique, quelles sont les garanties apportées par Cards Off ?
Cards Off permet d’apporter un plus qualitatif dans la remise du colis tout en simplifiant les procédures entre transporteur et marchand.

Tous nos clients consommateurs sont équipés d’un badge personnel contenant une puce RFID. Le jour de la livraison, nous leur transmettons, via SMS, un code unique.
Lorsque le livreur se présente, il demande simplement de badger sur son lecteur et de saisir le code unique. Son appareil lui indique alors si la livraison peut être acceptée ou bien refusée.

Grâce à ce système, nous savons donc que le colis a été remis à la bonne personne (authentifiée par son badge unique et son code d’activation), au bon endroit (c’est-à-dire l’adresse prédéfinie dont nous parlions plus haut) et par le bon livreur (dont l’appareil a permis l’authentification du destinataire).

Nous complétons donc notre processus de sécurisation par cette preuve de livraison, qui pourra déclencher automatiquement le paiement du site marchand.

Par la même occasion, nous renforçons le perçu qualitatif du consommateur. Il a eu un contact professionnel, rapide, et il a conscience qu’une vérification fiable du destinataire a été faite. Il est rassuré et souhaitera commander à nouveau sur un site marchand proposant le même processus.

Avez-vous des partenariats déjà conclus ou à venir avec des plateformes logistiques ?
Oui bien sûr. Nous travaillons avec Adrexo et le réseau A2pas, ainsi que la société Star’s Service. Toutefois, nous ne souhaitons pas nous limiter à ces seuls partenaires car nous pensons que notre système de sécurisation de la livraison doit bénéficier au plus grand nombre.

Nous restons donc ouverts à toute opportunité, et nous avons pu voir dans le dossier logistique de Wizishop que d’autres acteurs avaient une place pertinente dans ce marché.

Quel bilan tirez-vous des premiers mois d’activité de Cards Off et quels sont les objectifs à venir ?
Nous tirons des premiers mois d’activité commerciale de Cards Off un bilan très optimiste. Si certes nous voyons que percer sur un marché centré sur la carte bancaire reste ardu, nous constatons plusieurs signaux qui nous confortent dans nos choix :

  • L’absence à ce jour d’alternative crédible à la carte bancaire, apportant de la valeur ajoutée à la fois au consommateur et au marchand
  • L’évolution des mentalités provoquées par les affaires Camif  et Showromm2001, exemples largement médiatisés, et la volonté des professionnels de ne pas être associés à ce type de déroute commerciale.
  • Le rapport de la FEVAD dont nous parlions plus haut, ainsi que les lois Châtel renforçant la sécurité du consommateur. Dans lesquelles nous pensons qu’il faut aussi prendre en compte les besoins des e-commerçants et le potentiel de croissance que possède ce secteur.
  • Le changement chez beaucoup de professionnels qui accordent plus d’importance à la partie paiement et la considèrent non plus comme une étape nécessaire mais un moyen de se différencier.
  • L’attente par le consommateur de services complémentaires au paiement dans lesquels il pourra se retrouver et sur lesquels il pourra s’appuyer.
  • La dimension internationale du sujet qui pèse de manière plus significative dans d’autres pays que le notre.

Nous apportons une nouvelle solution, rapide, de confiance, bénéfique pour tous.

Nos objectifs chiffrés sont d’être présents sur plus de 300 sites à la fin de l’année et de convaincre 500 000 consommateurs.

Enfin à propos de l’intégration de Cards Off sur un site de vente en ligne, comment cela se passe-t-il ?

L’intégration de Cards Off est extrêmement simple. Nous mettons à disposition de nos partenaires nos APIs documentées ainsi que notre équipe technique en support si besoin est.

3 commentaires Écrire un commentaire

Wizishop : bilan et nouveautés

Publié dans Wizishop le jeudi 26 mars 2009 | Par Gregory

Cela faisait un petit moment que je ne vous avais pas fait un bilan sur Wizishop, notre solution ecommerce innovante.

Alors, comme à mon habitude, je vous propose une petite synthèse chiffrée pour commencer :

  • En un peu plus de 5 mois, il y a eu 2233 comptes de créés (pour tester par curiosité ou pour commencer à créer sa boutique). Actuellement, on compte entre 80 et 90 inscriptions par semaine ! Je rappelle que le test est totalement gratuit et sans engagement.
  • Nous avons ouvert notre 95ème boutique ce matin. A priori nous devrions mettre en ligne notre 100ème boutique dès la semaine prochaine (champagne !) puisque le rythme actuel d’ouverture est légèrement supérieur à une boutique par jour.
  • Au niveau des ventes, 95% de nos premiers clients (ceux qui ont ouverts en Octobre et en Novembre) ont vendus. En tout c’est près de 2200 commandes et près de 155 K€ qui ont transités.
  • Notre panier moyen est en hausse, il atteint désormais 70,50€.
  • Le blog rencontre toujours autant de succès puisque vous êtes maintenant 2349 abonnés à notre flux RSS.
  • Vous pouvez désormais nous retrouver au quotidien sur Twitter @wizishop. Vous êtes déjà 60 à nous suivre.

Une communauté toujours plus active

Nous en rêvions mais honnêtement je ne pensais pas que la mayonnaise prendrait aussi vite. Le site d’entre-aide de Wizishop prend toute sa dimension. Le forum est actif et la solidarité est exemplaire. Nos e-commerçants s’entre-aident et se conseillent à longueur de journée. C’est important de savoir que vous n’êtes pas seul lorsque vous vous lancez et avoir accès à des dizaines de e-commerçants et au staff de Wizishop pour toutes vos questions est un atout unique.

Des nouveaux partenariats

Le concept de Wizishop plait et nous arrivons à convaincre des acteurs de choix à devenir partenaire. Ainsi Mirago et Google Adwords offrent chacun 50€ à nos e-commerçants lors de leur première campagne et Moneybookers propose sa solution de paiement à un tarif très avantageux.
De nombreux autres partenariats vont venir enrichir notre offre dans des domaines très variés dans les semaines à venir.

Des nouvelles fonctionnalités pour aller encore plus loin

Il est maintenant possible de créer des bons de réduction et de proposer de la vente croisée (Cross-selling) sur ses fiches produits et son panier. Et d’ici quelques jours nos commerçants pourront définir les tarifs de livraison pour le monde entier.

 

Ces dernières semaines nous avons également élargit notre spectre de moyens de paiement compatibles. Wizishop peut désormais s’interfacer directement (et gratuitement) avec le Crédit Agricole (version e-transactions ou version Paybox), BNP Paribas, la Société Générale, le LCL, la Banque Populaire, le Crédit Mutuel, le CIC ainsi que Paypal et MoneyBookers. D’autres intégrations sont prévues en fonction des besoins de nos commerçants.

L’essentiel, le retour client

L’un des principaux objectifs lorsqu’on se lance dans un projet aussi ambitieux que Wizishop est d’obtenir de bons retours client. C’est ce bouche à oreille qui fera le succès de Wizishop sur le long terme. Et je dois dire que de ce coté là nous n’avons pas à nous plaindre. Entre les mails spontanés pour nous féliciter ou les réactions enthousiastes que nous récoltons régulièrement au téléphone, tout nous laisse penser que nous sommes sur la bonne voie.
Nous avons d’ailleurs donné la parole à nos commerçants et réuni certains témoignages sur cette page.

Je vous donne rendez-vous d’ici quelques jours pour fêter notre 100ème boutique active ;)

5 commentaires Écrire un commentaire

Présentation de Moneybookers

Publié dans Les actualités le mardi 24 mars 2009 | Par Gregory

Je profite de notre annonce de partenariat avec Moneybookers pour mettre un coup de projecteur sur ce système de paiement en ligne.

Moneybookers offre un système de paiement simple, sûr et efficace qui permet aux marchands d’offrir une interface unique de carte de crédit, débit direct, transfert électronique, paiement en chèques ainsi que l’installation d’une grande variété d’options de paiement locales à travers la simple activation d’un seul système. Cela signifie instantanément plus de chiffre d’affaires pour chaque marchand, puisque chaque client peut trouver son option de paiement préférée. Moneybookers offre également une gestion anti-fraude très développée et déjà intégrée dans le prix.

Martin Ott, le CEO (Chief executive officer) de Moneybookers a bien voulu répondre à nos questions…

Moneybookers

Bonjour Martin. Tout d’abord parlez-nous un peu de vous. Quel est votre parcours ?
« Avant de joindre Moneybookers, j’ai travaillé en tant que COO à la direction de Jamba!. Pendant ce temps, j’ai été responsable de la mise en place et du fonctionnement global de la compagnie dans près de 40 pays ainsi que des secteurs de la commercialisation, de la production, du contenu et des licences. J’ai fait des études de gestion à la WHU en Allemagne, ainsi qu’à Tokyo et Moscou. Avant d’enter à Jamba, j’ai fondé et géré en tant que PDG un portail Internet basé à Tokyo. »

Pourriez-vous nous donner les points forts de Moneybookers ?
« Nous sommes particulièrement fiers de notre service de paiement “Quick Checkout”, qui permet aux marchands d’offrir toutes les options de paiement les plus importantes avec une seule interface. Si un acheteur paie à travers le “Quick Checkout” de Moneybookers, il donne simplement les informations nécessaires au paiement et il termine la transaction sans besoin d’entrer des données supplémentaires. En outre, le commerçant reçoit immédiatement une confirmation du paiement après chaque achat, pour tous les paiements directs, ce qui signifie que l’argent est reçu en temps réel. Cela permet au commerçant d’envoyer la marchandise immédiatement et, en retour, les clients doivent attendre deux jours de moins pour leurs achats. L’acceptation de toutes les options de paiement en un seul clic grâce à cette solution accélère le processus de vente pour chaque commerçant et augmente la fidélité des clients. Un bon système de paiement en ligne est important pour renforcer la confiance dans la boutique en ligne – nous sommes en mesure de fournir cette confiance. Nous assumons le risque de fraude à la place des commerçants sans frais ultérieurs, et même le risque de perte du paiement pour de nombreux partenaires. »

Ce type de package tout compris est-il également disponible pour des marchands de taille moyenne ?
« Oui, le service de gestion des risques de Moneybookers que vous recevez est toujours inclus dans notre solution, sans frais mensuels fixes, sans coûts d’installation et sans aucun frais annuel. Tous les marchands doivent simplement payer des frais par transaction. Ce montant est fixe, quel que soit le mode de paiement choisi ou le pays d’origine du client. Nous avons aussi des conditions particulières qui sont liées au volume de certaines transactions. La solution complète de Moneybookers se base sur des frais strictement liés à la demande et, pour cette raison, s’est établie comme une des meilleures et plus transparentes options présentes sur le marché du commerce électronique. « 

Qu’est-ce qui rend votre Quick Checkout tellement efficace ?

« Les marchands doivent s’efforcer de plus en plus de répondre aux exigences des clients en termes de sécurité et de commodité. Les clients n’acceptent pas toutes les options de paiement de la même façon et c’est pour cette raison que, en tant que commerçant, il est recommandé de disposer d’une large variété d’options de paiement. Le seul problème c’est que le commerçant doit habituellement négocier des conditions individuellement avec chaque fournisseur de paiement puis s’occuper de l’intégration et de la gestion de plusieurs interfaces. Nous avons trouvé la solution à ce problème en 2001 et depuis nous l’avons développé de plus en plus. Avec Moneybookers les commerçants reçoivent toutes les méthodes de paiement relatives à un pays avec la signature d’un seul contrat. Par conséquent, nous sommes en mesure d’aider les commerçants à augmenter de 50% leur taux de transformation et donc leur chiffre d’affaires. A leur tour les commerçants sont en mesure de fournir toutes les options de paiement appropriées pour leurs clients et les achats n’échouent plus à cause d’interruptions dans le processus de paiement. « 

Moneybookers Quick CheckOut

Quels autres produits sont disponibles à travers votre solution de paiement ?
« Un des produits les plus attirants chez Moneybookers est son porte- monnaie électronique Moneybookers Direct. Avec plus de 7 millions de titulaires de compte, et 10 000 nouveaux comptes chaque jour, Moneybookers Direct est l’un des plus grands portemonnaies électroniques au monde. Grâce aux frais extrêmement compétitifs (à partir de 0.9% +0.19€ par transaction) et à la possibilité de campagnes marketing gratuites, Moneybookers Direct permet aux marchands un accès immédiat à des millions de clients additionnels et se positionne ainsi comme l’alternative de paiement face aux portefeuilles électroniques traditionnels. »

En quoi consiste votre offre de gestion anti-fraude ?
« Internet cache un certain nombre de risques, y compris le vol d’identité, le phishing ou le blanchiment d’argent. Une saine gestion des risques est donc notre priorité. Nos profils de risque sont organisés individuellement pour chaque marchand et notre système de gestion des risques offre une protection contre le retour des notes de débit et la fraude. Toutefois, il existe encore de nombreux clients finaux qui ont des doutes sur quelles méthodes de paiement sont vraiment sûres pour le shopping sur Internet et si le traitement des données est fait de manière confidentielle. Depuis 2001 nous offrons l’un des plus sûrs systèmes de paiement au monde et nous avons joué un rôle important dans l’édification de la confiance auprès des consommateurs et des commerçants. Le client transmet ses données personnelles une fois qu’il se trouve dans notre environnement sécurisé où il peut donc payer avec son eWallet (portemonnaie électronique) offert par Moneybookers, sans entrer à nouveau ses détails pour chaque marchand. En tant que système sécurisé, Moneybookers crée une zone tampon pour les clients: les marchands ne reçoivent jamais des informations relatives au paiement du client et de caractère confidentiel. La sécurité et la confiance de l’utilisateur sont toujours les premiers et principaux éléments pour Moneybookers. »

Quels sont vos marchands de référence ?
« Plus de 35 000 marchands utilisent les produits de Moneybookers, y compris des marques mondiales de commerce électronique telles que eBay.com, Skype ou Thomas Cook. Depuis cette année, par exemple, nous avons travaillé avec Ricardo.ch, le leader suisse du marché en ligne et Hood.de, la deuxième plus grande maison de vente aux enchères en Allemagne, ainsi que la « Start-Up de l’année 2007″ mymuesli.com. Pendant ce temps, nous sommes devenus un outil indispensable parmi les solutions de paiement et nous avons par conséquence beaucoup d’excellentes références dans le commerce électronique parmi les petites et moyennes entreprises. »

Pouvez-vous nous donner un aperçu de l’avenir de Moneybookers ?
« A l’heure actuelle Moneybookers offre plus de 60 options de paiement locales dans plus de 200 pays ainsi qu’un service client en 12 langues. Nous continuerons à nous développer à l’échelle mondiale dans les années à venir. L’Asie, l’Amérique Latine et l’Afrique sont des marchés émergents très intéressants pour nous, dans lesquels les clients aimeraient une méthode de paiement sûre et pratique. »

Combien d’employés sont impliqués dans la poursuite du développement de la solution ?
« Moneybookers emploie actuellement plus de 250 employés et plus de 100 d’entre eux sont engagés uniquement sur de nouveaux développements de notre solution de paiement. »

Aucun commentaire Soyez le premier à commenter cet article

Les articles incontournables de la semaine

Publié dans La revue de presse le lundi 23 mars 2009 | Par Cedric

Bonjour, une petite revue de presse pour débuter la première semaine du printemps, ça vous tente ? Allez c’est parti, je vous souhaite une bonne lecture et une bonne semaine à nos fidèles lecteurs et abonnés !

1. 5 belles boutiques sous Store Factory
Depuis quelques semaines, vous y êtes maintenant habitués, je publie dans cette revue de presse, la série « 5 belles boutiques » dont l’instigateur est le célèbre Capitaine Commerce. Cette semaine, c’est la plateforme Store Factory qui est mis en avant…

2. Les performances du moteur de recherche dans l’e-commerce
Le site Compario publie un billet sur l’importance d’avoir un moteur de recherche performant dans sur son site e-commerce…

3. 5 idées pour booster votre marketing online en temps de crise
Sur le site Webmarketing & Com, Clément Brisard fait partager 5 bonnes idées pour développer votre e-commerce…

4. Pourquoi utiliser l’optimiseur de site Google ?
Capitaine Commerce
, encore lui, nous livre un très bon billet sur l’outil Google Website Optimizer et son utilité…

5. Le e-commerce, 35% plus écolo que le shopping traditionnel ?
Le blog La Gazette du JDA relaie une étude du Green Design Institute mettant en avant les avantages écologiques du e-commerce…

Aucun commentaire Soyez le premier à commenter cet article

La e-logistique – Interview de L4-Logistics

Publié dans Les dossiers du e-commerce le vendredi 20 mars 2009 | Par Cedric

De retour sur notre dossier sur la e-logistique, je publie aujourd’hui l’interview de Sébastien Valoggia qui nous présente sa société L4 Logistics.

Pouvez-vous nous présenter votre société ?
L4 3PL
était la filiale de prestation logistique de L4 Logistics. Elle a été crée en 2007 par apport de ses activités lancées dès la création de L4 Logistics fin 2001.
L4 3PL vient de faire l’objet d’un MBO par ses Managers Sébastien Valoggia, Président et Michel Gasganias, Directeur Général associés au groupe industriel GT.

Cette opération réalisée fin 2008 permet à L4 3PL, leader de la e-logistique, d’avoir les moyens de continuer sa croissance à un rythme très soutenu de près de 100% par an depuis 3 ans.

L4 3PL est basée en région parisienne, à Ris Orangis dans l’Essonne et dispose de deux plateformes logistiques de dernière génération pour un total de plus de 20 000m².
Le CA 2008 du groupe GT est de plus de 115 millions d’euros et son effectif de plus de 1600 personnes. Ceux de L4 3PL sont respectivement de près de 10 millions d’euros et de 100 personnes. L4 3PL, spécialiste du e-commerce a atteint le million de colis expédié par an.

A quels types de e-commerçants s’adressent votre plateforme ?
L4 3PL est spécialisée dans le e-commerce (BtoC) et la logistique fine de distribution (BtoB, logistique à la pièce). Elle réalise pour ses clients industriels et distributeurs (plus d’une vingtaine) l’ensemble des prestations logistiques telles que :

  • la réception,
  • le stockage,
  • la préparation de commande
  • l’expédition,
  • la gestion des retour
  • le transport en France et à l’international et ce, grâce à ses process innovants qui intègrent le système de préparation de commandes de détail L4 EPSILON.

L4 3PL réalise aux meilleurs niveaux de performance économique une logistique « zéro défaut » garantie contractuellement. L4 3PL a notamment développé un savoir faire spécifique pour le traitement des ventes flash, appelées également ventes évènementielles ou ventes privées, ainsi que pour le traitement des flux tendus.

L4 3PL intervient sur une gamme d’articles très diversifiée et très profonde, comme l’exige le e-commerce : équipement de la personne (textile, cosmétiques), jouet, électronique, produits culturels, équipement de la maison (meubles, décoration).

Quels conseils donneriez-vous aux e-commerçants qui préfèrent gérer leur propre logistique et qui hésitent ou ne souhaitent pas encore l’externaliser ?
Un prestataire logistique spécialisé apporte la sécurité, la performance et la souplesse aux e-commerçants.
L’externalisation permet de se concentrer sur son activité et de développer commercialement l’entreprise. De ce fait il n’y a pas nécessairement de minimum de volumes pour externaliser, si ce n’est que pour beaucoup de petit e-commerçants les coûts logistiques sont « cachés ».
En effet, en reprenant la métaphore de HP, l’activité démarre dans le garage et c’est le fondateur qui prépare les commandes le soir de 18h à 2h du matin. Les surfaces de travail et de stockage et le temps ne sont alors pas valorisés et les erreurs ou difficultés de préparation des commandes ne sont pas rares, le rôle du chef d’entreprise étant tout autre. Toutefois nous avons constaté deux seuils, aux environ de 50 commandes par jour la solution « garage » ou « dans les bureaux » atteints ses limites et il apparaît des problèmes de qualité, notamment de délais et donc de l’insatisfaction client. Ensuite, si des moyens ont été mis en œuvre (surfaces et personnel) aux environ de 150 commandes par jour la situation devient fréquemment critique car sans une solution logistique solide il n’est plus possible de maîtriser la qualité et les délais (problématique de pointe etc…). Ce seuil est également vrai avec des prestataires qui, sans solutions industrielles, rencontrent des difficultés.

Pour les e-commerçants qui veulent assurer leur logistique, voici quelques règles à avoir à l’esprit :

  • limiter de manière quasi « paranoïaque » les niveaux de stock
  • tout processer, tout automatiser et notamment la réception des marchandises qui doit être parfaite
  • avoir pour objectif le zéro défaut en expédition de commande
  • si les volumes augmentent, anticiper sur le recrutement d’un opérateur logistique (un intérimaire ne fait pas aussi bien et aisément qu’un gérant d’entreprise)
  • pour ceux qui grossissent et veulent leur entrepôt, se rappeler qu’un entrepôt est trop grand ou trop petit, que les investissements logistiques sont très élevés, que ceci conduit à une structure de coût fixe pénalisante et pour une durée minimale de 3 années (régime des baux commerciaux)
  • ne pas oublier que la logistique est une industrie de main d’œuvre avant tout.

Quel rôle joue la logistique dans le e-commerce ?
La logistique est 50% de la réussite d’une activité e-commerce, le niveau de qualité des commandes doit être extrême et garantie, les délais sont moins critiques mais doivent rester courts et CERTAINS.

Le plus important une fois la solution technique proposée validée par le e-commerçant, il faut se concentrer sur les flux et process informatique, c’est le meilleur investissement pour s’assurer une bonne logistique, dès que les volumes deviennent conséquents il faut proscrire tout ce qui est mail et excel et investir dans des EDI solides. La technique n’a aucune importance, ce qui compte c’est le process d’échange des données avec le logisticien.

Un autre point clef pour le devenir du e-commerçant : ne jamais confier des fonctions « core business » à son logisticien, citons par exemple : marketing, relation client, gestion de la pénurie, approvisionnement etc…Pourquoi ? tout simplement parce que le e-commerçant ne pourra plus (ou très difficilement) changer de prestataire, faire évoluer son activité et sera pieds et poings liés par son logisticien qui pourra abuser de cette situation pour « revenir à meilleure fortune ».

En tant que logisticien, comment voyez-vous l’évolution de la e-logistique dans le e-commerce ?
En ce qui concerne l’avenir, une croissance soutenue et de plus en plus de services et de solutions marketing fines. Il sera indispensable d’avoir une offre de transport variée (livraison au domicile, en point relais et sur le lieu de travail). Les retours vont augmenter et les flux se complexifier, mais cela est un sujet à part entière.

Pourquoi choisir votre plateforme logistique plutôt qu’une autre ?

Pourquoi choisir une plateforme plutôt qu’une autre ? Le parc actuel des entrepôts est important et vieillissant. Beaucoup d’entre eux, vétustes, ne respectent plus les nouvelles normes de sécurité (risque incendie, équipements, herméticité, …) et sont proposés à des prix attractifs.

La plateforme doit respecter les standards minimaux garantissant une qualité de travail (propreté, clarté, …) et permettre le stockage des produits courants au caractère inflammable. Une autorisation d’exploiter 1510 doit être recherchée pour éviter toute déconvenue grave en la matière.

En ce qui concerne sa localisation, il y a moins d’enjeux. Surfaces 10% moins cher en province, mais transport plus cher car la région parisienne est une zone de chalandise prépondérante.


Aucun commentaire Soyez le premier à commenter cet article

Le chiffre du jour : 22,5

Publié dans Le chiffre du jour le mercredi 18 mars 2009 | Par Cedric

Le PDG d’eBay, John Donahoe, a gagné 22,5 millions de dollars en 2008 (17,8 millions d’euros). Somme impressionnante, n’est-ce pas ? Ses gains se décomposent ainsi :

  • salaire de 879 808 dollars
  • bonus de 500 000 dollars
  • prime de 279 108 dollars
  • il a reçu également une prime sous forme d’actions et d’options valant 20,1 millions de dollars

Le seul petit bémol pour John Donahoe est que 9 millions de dollars d’options lui ont été acordées à une époque où le titre eBay valait 25 dollars, or il n’en vaut plus que la moitié aujourd’hui.

Aucun commentaire Soyez le premier à commenter cet article

Témoignage de e-commerçant – Charlotte de la boutique Evene

Publié dans Témoignages le mercredi 18 mars 2009 | Par Gregory

Aujourd’hui je vous propose le témoignage de Charlotte, responsable de la boutique du site evene.fr, 1er média culturel français sur Internet (l’actualité du cinéma, de la musique, des livres, des arts et des spectacles).

Tout d’abord, pouvez vous vous présenter ?
La boutique EVENE est la boutique en ligne du site Evene.fr, 1er média culturel français sur Internet qui offre un regard rédactionnel quotidien sur l’actualité du cinéma, de la musique, des livres, des arts et des spectacles. Nous proposons, au sein de cet espace shopping, plus de 600 idées cadeaux originales dans des univers tels que la déco, les accessoires de mode, les jeux, les cadeaux personnalisés… et pour toutes les occasions : Noël, St Valentin, Fête des mères, anniversaires, mariages…

Depuis quand vous êtes vous lancé dans la vente en ligne ? Qu’est-ce qui vous a motivé ? Avez vous eu d’autres expériences dans le commerce avant cela ?
La boutique existe depuis 2005 et a été créée dans le but de proposer aux internautes des produits dérivés de la culture. Equivalent d’une boutique de musée sur internet au départ, le catalogue s’est élargi peu à peu dans un univers plus large de cadeaux originaux.

Est-ce que vous avez éprouvé des difficultés à vous lancer dans le e-commerce ? Si oui, lesquelles ?
Bénéficiant de la puissance du site Evene.fr, la boutique a bénéficié rapidement d’une bonne audience. La difficulté consiste à orienter les internautes vers la boutique en ligne, par différents moyens, notamment grâce à des bannières publicitaires que nous mettons sur l’ensemble du site.
Notre activité e-commerce a été rentable dès le début, puisque nous ne supportons pas les stocks.
Grâce à un réseau de partenaires de qualité, nous avons une réelle réactivité quant au traitement et à l’expédition des commandes.
Toutefois, le challenge consiste à se tenir informé en permanence des techniques de web-marketing qui évoluent sans cesse.

De combien de personne est maintenant composée votre équipe ?
L’équipe est aujourd’hui composée de 3 personnes qui gèrent directement la boutique au quotidien, auxquelles il faut ajouter le travail d’un studio graphique et de l’équipe technique d’Evene.fr pour des demandes ponctuelles.

Externalisez vous beaucoup de domaines ?

La logistique est externalisée mais tout le reste est géré en interne. Cette configuration permet de réduire les coût liés à l’activité de la boutique.
Nous essayons en contrepartie d’avoir des compétences à jour en interne sur les différents sujets qui touchent le e-commerce (référencement, affiliation, réseaux sociaux…), en faisant preuve de curiosité et en surveillant de près l’actualité du web (blogs spécialisés, salons e-commerce, outils gratuits en ligne…).

Quel est votre stratégie et votre budget pour faire connaître votre boutique en ligne ?
Notre stratégie de communication repose essentiellement sur un modèle type affiliation, c’est à dire avec un modèle au CPA (coût par action). Nous nous appuyons également beaucoup sur nos clients existants par des envois réguliers de newsletters, ainsi que sur l’audience du site Evene.fr (2,7 millions de VU/mois – donnée Nielsen novembre 2007) en autopromotion. Enfin le référencement naturel nous apporte également de nombreux internautes puisque certaines fiches produits sont particulièrement bien référencées sur les moteurs de recherche.

Nous cherchons également à développer notre présence dans les réseaux sociaux et avons créé récemment un blog (http://www.passionnement-cadeau.com) qui vise à donner des conseils aux internautes qui recherchent des idées cadeaux.

Pouvez vous nous donner quelques chiffres ?
Ces informations sont confidentielles mais nous pouvons vous dire que notre panier moyen tourne autour de 50€€.

Quelles sont les améliorations que vous aimeriez apporter à votre boutique ?
Nous devons améliorer notre taux de transformation et pour cela retravailler les pages du process de commande qui est trop long. Egalement, il faudrait que nous proposions de nouveaux modes de paiement.
Enfin, notre référencement naturel peut encore être amélioré en travaillant sur le url-rewriting (URL plus explicites contenant les mots clés et non pas des « idp=…. »)

Selon vous quelles sont les clés du succès ?

  • Optimiser le taux de transformation
  • Fournir des informations claires et précises à l’internaute sur la livraison, la sécurité de paiement, le produit, le prix
  • Avoir une cohérence globale quant au positionnement du site, la cible, les messages de communication et l’offre produits.
  • Soigner le référencement naturel dès la création du site
  • Travailler la fidélisation par la constitution de bases de données, l’envoi de newsletters et pourquoi pas, la mise en place d’espaces participatifs (ex : blog) ?

Qu’aimeriez vous dire à toutes les personnes qui vont faire le grand saut et se lancer dans la vente en ligne ?
C’est un travail qui requiert beaucoup de curiosité, de rigueur, de créativité et d’analyse mais qui est passionnant.
Il est important de prendre le temps, à la création, de définir tous les aspects du site avec précision : offre, positionnement, fonctionnement, communication, structure du site, référencement.

Aucun commentaire Soyez le premier à commenter cet article

Ne perdez plus de temps ! Testez WiziShop dès aujourd'hui...

L'essai est gratuit pendant 15 jours, sans engagement et vous donne accès à l'ensemble des fonctionnalités.

TESTER WIZISHOP