La révolution digitale au service des TPE / PME

Publié par Alexandre sur le Blog ecommerce de WiziShop dans la rubrique Concepts et idées, le mercredi 14 juin 2017 | Aucun commentaire

Connaissez-vous Nice Starts Up ? Il s’agit d’une association niçoise destinée à fédérer les starts up innovantes de la Côte d’Azur autour du développement mutuel et de l’attractivité entrepreneuriale de notre région. En d’autres termes, Nice Starts Up est un accélérateur de business et un intermédiaire d’échanges entre entrepreneurs niçois et azuréens. Dans le cadre des événements organisés par Nice Starts Up, les entrepreneurs se rencontrent autour d’une thématique et assistent à diverses conférences. En Mars dernier, c’est Cédric Piazza, Co-fondateur de WiziShop qui animait le débat sur le thème de la révolution digitale au service des TPE et PME. Après avoir évoqué les enjeux, opportunités et freins liés à l’adaptation digitale, Cédric a rappelé comment WiziShop et Nice Starts Up parviennent à faciliter cette transition. Résumé…

revolution-digitale

Révolution digitale, révolution industrielle

La révolution digitale est souvent présentée telle une révolution industrielle, tant son impact sur le quotidien et les attentes des consommateurs est important. Le digital est parfois même considéré comme une révolution plus importante que celle de l’imprimerie et de l’industrie. En effet, tous les secteurs sont touchés. Aujourd’hui, ils risquent même de se faire ubérisés. Pour illustrer ces propos, on peut forcément citer les taxis avec Uber mais également l’hôtellerie avec Airbnb, la musique avec Spotify… En seulement 4 ans, la start-up Airbnb est présente dans 200 pays. Elle propose plus de chambres à louer que le groupe Hilton qui, lui, a construit son patrimoine en 100 ans… Dans un tout autre contexte, il y a quelques années, nous devions nous rendre chez un disquaire pour acheter un CD. Aujourd’hui, nous pouvons écouter un unique morceau d’un album sans même avoir à l’acheter, grâce aux plateformes de streaming telles que Spotify.

Les conséquences de la révolution digitale se répercutent également sur l’emploi. Heureusement, moins de 10% seulement ont été menacés par les TIC (technologies de l’information et de la communication), la robotique et l’intelligence artificielle. Cependant, une majorité a été amenée à évoluer et de nombreux nouveaux métiers ont vu le jour (dont le mien, d’ailleurs ^^).

La nécessité de s’adapter

« La question n’est plus d’avoir une stratégie digitale mais d’avoir une stratégie dans un monde digital. », déclare Mathieu Aubusson, Responsable Leader Transformation Digitale France de PwC).

Les entreprises ont, aujourd’hui, bien conscience que leur transformation digitale ne doit plus se limiter à une numérisation superficielle de leurs activités. Elles doivent se transformer en profondeur. Elles multiplient, d’ailleurs, de plus en plus, les initiatives digitales, surtout sur les leviers de la relation client et de la data. Au final, on assiste à bien plus qu’une digitalisation des processus existants mais plutôt à une réinvention des business models et des marchés.

Selon une étude Elabe de 2017, la révolution digitale n’épargne quasiment aucune entreprise. 94% des dirigeants interrogés estiment que celle-ci a un impact sur leur société. 68% déclarent que la révolution digitale se fait ressentir aussi bien sur l’activité commerciale que sur l’organisation du travail.

Les consommateurs sont les premiers acteurs de ce changement de comportement. Leurs pratiques et modes de consommation ont changé. Le parcours d’achat est totalement réinventé entre boutique physique, mobile, ordinateur et avis de consommateurs… Selon l’étude sus-citée, 76% des entreprises dans le secteur du commerce, déclarent être de plus en plus confrontées à des clients connectés qui peuvent préférer l’achat en ligne au shopping traditionnel. Ces consommateurs sont également bien mieux renseignés et beaucoup plus exigeants. Leurs attentes concernent :

  • le cross-canal
  • l’interactivité
  • l’ergonomie
  • la facilité d’usage
  • la diversité des services
  • la réactivité
Ces standards ont été imposés par les pure players et les nouveaux entrants du marché.
Les entreprises ont, aujourd’hui, bien cerné ces enjeux liés à la e-réputation. Aujourd’hui, elles ne se contentent plus de prendre en compte les avis et commentaires de leurs clients. Elles font désormais de la co-création. Elles créent de nouvelles offres ou repositionnent celles qui sont déjà existantes, conjointement, avec leurs clients, partenaires et autres membres de leur écosystème.
Comme le montre le schéma sur le slide présenté en fin de cet article, les interactions entre une société et ses clients sont nombreuses et présentes sur de nombreux supports : Site Web, SMS, Blogs, Réseaux Sociaux, Espaces Publicitaires, E-mailing, Forums, Chatbots… Également, les entreprises doivent désormais composer avec les ambassadeurs de leur marque et les influenceurs sur un secteur donné (mode, beauté, cuisine, sport, tech,…) ainsi qu’avec des nouvelles techniques de promotion : le SEO, le placement de produits…

Les opportunités

Certaines PME traditionnelles font encore un blocage vis-à-vis du digital. Nous étudierons cela dans le paragraphe suivant. Cependant, il y a urgence à aller de l’avant pour retrouver une compétitivité forte.

Les entreprises fortement numérisées ont une croissance de leur chiffre d’affaires 6 fois plus élevée que celles qui sont en retard*. Elles sont 25% plus profitables que les autres entreprises de leur même secteur**. La digitalisation permet de mieux anticiper les attentes des consommateurs et donc d’attirer de nouveaux clients, de gagner en compétitivité ainsi qu’en productivité. Elles améliorent leurs performances marketing et leur relation client.

Lorsque l’on sait qu’en 2017, Facebook compte plus de 1,86 milliard de comptes et 319 millions pour Twitter, on peut vite se rendre compte du potentiel de ces plateformes pour la promotion de son activité. Ajoutez à cela le fait qu’en moyenne, les internautes passent 18h par semaine sur le Web***. N’ayons pas peur des mots : le média Internet se veut ainsi crucial pour assurer la pérennité de son entreprise.

Pourtant, la transformation digitale arrive seulement à la 9ème place des enjeux stratégiques pour les entreprises françaises de moins de 250 salariés et à la 5ème pour les plus de 250 employés****. Pourquoi ?

Les freins à la transformation digitale

Concernant la transformation numérique, nous sommes tous concernés mais pas tous formés. Les dirigeants ont conscience que la formation des collaborateurs reste essentielle dans la digitalisation de l’entreprise. Cependant, comme nous l’avons vu, ils ne le font pas assez. Outre le manque de formation ou les recrutements nécessaires, les freins à la transformation sont de 3 ordres :

  • la culture digitale du dirigeant :  La révolution digitale est d’abord, une révolution culturelle et managériale. Aujourd’hui, l’équipe dirigeante n’est plus forcément adaptée à cette révolution digitale. Les technologies bousculent la hiérarchie en remettant radicalement en cause les modèles d’organisation, beaucoup trop hiérarchiques. Avec l’avènement d’Internet, les plus jeunes ont pris le pouvoir sur le développement des entreprises. Le digital est ancré dans leur culture et leur mode de vie. Ainsi, le style des leaders traditionnels est remis en cause. Pour réussir sa transformation digitale, une entreprise doit, tout d’abord, innover dans le management. Il convient de donner le pouvoir à des équipes projet, regroupées en cellules. Cependant, forcément, cela implique que le manager doit lâcher prise…. Les leaders de demain doivent savoir écouter la jeune génération (les fameuses générations Y et Z). Ils doivent comprendre leur histoire ainsi que leurs codes. Ils doivent comprendre les processus et démystifier le concept.
  • la conduite du changement : L’évolution la plus difficile à réaliser est celle des individus. C’est surtout une question de culture, de mode de fonctionnement et de pensée à intégrer et à s’approprier. Nous faisons souvent l’erreur d’aborder la transformation digitale sous l’angle technologique avec les outils numériques. Elle est aussi, et surtout, une affaire d’hommes et de femmes et, encore une fois, de management et d’organisation. Il s’agit souvent d’un changement profond de l’entreprise.
  • l’ancrage de l’entreprise dans ses logiciels : Enfin, il y a un dernier blocage lié au fait que certaines PME soient « enfermées » dans leurs systèmes d’informations, de ventes ou de CRM historiques. Les risques, c’est qu’elles se retrouvent démunies, mal conseillées, dépendantes d’intégrateurs et éditeurs non attentifs ou de responsables informatiques ancrés dans un monde obsolète.

En bref, la digitalisation des PME industrielles françaises passe nécessairement par une compréhension des dirigeants sur le processus de transformation digitale. Il doivent d’abord démystifier le concept et en saisir, ensuite, toutes les opportunités, notamment en terme de business. Il faut aller beaucoup plus loin dans l’accompagnement et la mise en œuvre de nouvelles stratégies digitales.

Face à un tel défi, l’enjeu pour les entreprises est simple : s’adapter ou disparaître.

Les initiatives : l’exemple du e-commerce

Alors, comment faire pour transformer ces changements en opportunités et relais de croissance ? Prenons le secteur dans lequel nous sommes implantés : le e-commerce.

Un commerçant de quartier a tout intérêt à digitaliser son activité et vendre en ligne. Pourquoi ? Tout simplement, les opportunités de chiffre d’affaires sont conséquentes sur Internet. Le e-commerce permet, en effet, de toucher une cible plus large et internationale. Au delà de la simple vente en ligne, la digitalisation du point de vente permettrait de répondre aux enjeux liés aux nouveaux modes de consommation : toucher les consommateurs avec des offres géolocalisées ou capter l’intérêt de celui qui vient voir un produit en boutique et qui compare ensuite les prix sur Internet…

Or voilà, un commerçant de quartier n’a pas forcément de compétences techniques pour créer un site ni de connaissances des stratégies Webmarketing, Social Media… Et c’est là que la solution e-commerce WiziShop intervient…

Voici comment WiziShop révolutionne la vente en ligne :

  • Aucune barrière technique et technologique : WiziShop est une solution e-commerce en mode SaaS. Cela signifie que nous nous occupons de toute la partie technique liée à la création, à la gestion, à l’hébergement, aux mises à jour du site… Également, nous avons pensé notre solution dans le but de la rendre la plus intuitive possible. Sans compétence technique, un commerçant peut tout de même bénéficier d’un site e-commerce, beau et performant ou ajouter une fonctionnalité innovante en quelques clics seulement. Libéré des contraintes techniques, l’e-commerçant peut donc se consacrer à la commercialisation de ses produits et au développement de son chiffre d’affaires.
  • Accompagnement : quel que soit le profil de l’entrepreneur, celui-ci doit s’entourer de véritables partenaires qui, au delà de la mise à disposition d’un outil, les accompagne et les aide à se familiariser avec le digital, aller plus loin et générer toujours plus de chiffre d’affaires. Chez WiziShop, les Business Coach sont à la disposition des e-commerçants et ce, gratuitement. Au quotidien, les Business Coach conseillent et orientent les WiziShopiens sur les questions stratégiques en Webmarketing, design, ergonomie,…
  • Expérience client : Les entreprises doivent s’adapter continuellement pour réinventer l’expérience client. Pour cela, il convient de surveiller certaines données comme l’acquisition, la rétention, la conversion client, la satisfaction du consommateur ou bien encore, le taux d’engagement… C’est ainsi que WiziShop arrive à proposer des boutiques et design ergonomiques. Les e-commerçants peuvent ainsi pleinement satisfaire leurs clients, que ce soit en terme de navigation, de rapidité d’affichage…
  • Acquisition, Conversion et Fidélisation : Ce point se rapproche du précédent. L’innovation est un vecteur indissociable du développement. Grâce à sa culture centrée sur l’innovation, WiziShop permet aux plus petits entrepreneurs de proposer à leurs clients, les mêmes fonctionnalités que les géants du e-commerce : relances marketing automatiques, recommandations personnalisées, tunnel de commande ultra-optimisé, segmentation RFM, filtres à facettes… Les WiziShopiens ont le potentiel de concurrencer les grands noms de la vente en ligne (Amazon, Fnac…)
  • Des ressources pour la formation : Comme nous l’avons vu, la formation est un facteur indispensable pour assurer une transition digitale. Cependant, cela prend du temps de se former. Entre la gestion des commandes, la commercialisation des produits, l’administratif, les ressources humaines,… un entrepreneur n’a pas forcément le temps nécessaire pour se former. Ainsi, WiziShop propose bon nombre de ressources directes et accessibles sur des supports variés : conférences, eBook avec des conseils d’experts, articles de blog, slides
  • Co-création :  Enfin, WiziShop suit ce processus de co-création, concept résultant de la transformation digitale. Pour cela, nous nous intéressons aux recommandations de nos clients, forcément. Pour aller plus loin, nous collaborons également avec nos partenaires experts de la vente en ligne et du Webmarketing ainsi qu’au sein de rassemblements tels que Nice Starts Up. Ensemble, nous créons de nouvelles offres et proposons de nouveaux services et fonctionnalités aux e-commerçants. Notre ebook e-commerce, réunissant les conseils de 62 experts de la vente en ligne, est un bel exemple de co-création.

cta-wizishop

Nice Starts Up et indirectement, l’OGC Nice, partenaire majeur de l’association, sont des acteurs de cette transformation numérique sur la Côte d’Azur. L’objectif de ce rassemblement est centré sur la croissance et le développement pour tous via l’animation et la mise en place de synergies entre starts up et TPE / PME.

Ainsi, on peut voir le digital comme une menace puisqu’il bouleverse un modèle établi et peut faire perdre des parts de marché aux acteurs historiques. Cependant, il faut surtout le voir comme une opportunité de croissance. Malheureusement, il aura fallu attendre l’ubérisation de certains secteurs pour que les entreprises se décident enfin à lancer leur processus de digitalisation. Pour cela, elles réinventent leur business model ou tirent profit des nouvelles technologies telles que la solution e-commerce WiziShop. Les starts up et TPE / PME s’ouvrent également à l’innovation collaborative, à l’image de l’initiative Nice Starts Up, association azuréenne qui s’est entourée de partenaires de renom, tels que l’OGC Nice.

Voici enfin le support de la présentation réalisée par Cédric Piazza, lors du rassemblement Nice Starts Up / OGC Nice.

* Étude Roland Berger (2014)
** Étude Cap Gemini (2012)
*** Étude CREDOC (2016)
**** Baromètre Deloitte / Usine Nouvelle (Septembre 2016)

Aucun commentaire
Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <em> <strong>

×

Ne perdez plus de temps ! Testez WiziShop dès aujourd'hui...

L'essai est gratuit pendant 15 jours, sans engagement et vous donne accès à l'ensemble des fonctionnalités.

TESTER WIZISHOP